Cinema
Daft Punk au cinéma : entre deux galaxies

Daft Punk au cinéma : entre deux galaxies

08 janvier 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Oui, les musiciens électro casqués, emblèmes internationaux d’une génération, livreront une prestation pour les Grammy Awards le 26 janvier 2014, au Staples Center de Los Angeles, diffusée en direct sur D17. Oui, ils seront accompagnés par Stevie Wonder lui-même. Mais ce n’est pas tout : Daft Punk va jouer dans un film de fiction sur la French Touch. Et le projet est pour le moins surprenant…

Daft PunkAu début des années 90, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo étaient deux jeunes hommes férus de musique nouvelle, mais deux jeunes hommes quand même. Avec d’autres musiciens en herbe, ils ont tracé leur route – récoltant au passage, grâce à un magazine musical britannique qui qualifia leur musique, dans ses premiers temps, de « daft punky trash », un nom fabuleux – jusqu’à donner naissance à un courant musical nouveau, la « French Touch ». Ses représentants aujourd’hui : Air, Phoenix, et plus récemment Justice, C2C

Avant d’être des robots superstar, ils étaient donc des hommes. Pourquoi donc ne pas raconter les débuts de leur histoire, et de celle de leurs camarades ? Dans un film indépendant, de préférence, histoire de rester bien authentique, et réalisé par un français, pour le respect de l’esprit. Eh bien, le projet est là, et il est en cours de tournage. Fort bien. Qui est la réalisa…trice ? Mia Hansen-Love. Pour être suprenant, voilà qui est surprenant.

Elle s’est fait connaître par des films intimistes, en équilibre entre le réel et la poésie, le psychologique et la symbolique : Tout est pardonné en 2007, Le Père de mes enfants en 2009, et Un amour de jeunesse, qui révéla Lola Créton, en 2011. Dans Le Père de mes enfants, Grégoire, producteur de cinéma merveilleusement campé par Louis-Do de Lencquesaing, voyait son entreprise acculée à la faillite, se suicidait, et Mia Hansen-Love suivait ensuite sa femme et ses enfants dans leur parcours pour dépasser cette mort.

Le passage. Voilà un thème essentiel de cette cinéaste singulière. On peut penser qu’elle traitera l’avancée de ces aspirants artistes vers l’âge adulte. Ce qui est sûr, c’est que le film baignera dans une lumière douce et se concentrera sur l’intime. Au niveau des interprètes, juste quelques noms sont parvenus, qui appartiennent au secteur indépendant, français comme américain. Pas d’infos sur les acteurs qui joueront le duo. S’il reste dans le film, Mia Hansen-Love désirant sans doute avant tout capter l’esprit de l’époque…D’ailleurs leur rôle sera-t-il important ou réduit ?…Surprenant, en tout cas.

Visuel: (c) pochette de l’album Random Access Memories

Sun, la pastorale guerrière d’Hofesh Shechter
Dècès de Marina Ginestà, icône de la guerre d’espagne
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture