Cinema
D’un film à l’autre : Claude Lelouch « the fighter »

D’un film à l’autre : Claude Lelouch « the fighter »

31 mars 2011 | PAR Olivia Leboyer


Le 13 avril, la société Les Films 13 fêtera ses 50 ans de cinéma (vous pouvez tenter de gagner de nombreux lots à l’occasion de cet anniversaire en participant à notre jeu concours). On ne cherchera pas à calculer l’âge de Claude Lelouch, éternel adolescent ! Un film-mémoire, sincère, passionné et passionnant sur l’amour de filmer. Sortie le 13 avril.

On entre dans ce film comme par effraction : un long plan séquence, assez stupéfiant et très beau, d’une traversée de Paris en voiture (bolide) entreprise par Claude Lelouch le 13 août 1976 ! En voix off, le réalisateur nous explique, malicieux, que la métaphore sportive résume bien son parcours et sa manière de filmer : sans tenir compte des feux ou des sens interdits, dans l’urgence, avec une énergie folle et, du coup, quelques dérapages mal contrôlés ! Car la démarche de Claude Lelouch n’a rien de narcissique. Il s’agit de retracer un itinéraire, celui d’un enfant parfois trop gâté, parfois injustement puni, mais toujours capable d’émerveillement devant la magie du cinéma, les hasards de la vie, les femmes… Avec une belle lucidité et un œil amusé, Lelouch revient aussi bien sur ses erreurs de parcours et ses sorties de route (Un autre homme, une autre chance ou À nous deux, par exemple) que sur ses très grands succès (la Palme d’or pour Un homme et une femme, les succès au box office de Les uns et les autres, L’aventure, c’est l’aventure, Itinéraire d’un enfant gâté ou Les Misérables). Il évoque, sans détours mais avec pudeur et respect, quelques aspects de sa vie privée (superbes plans d’Annie Girardot). À cet égard, la scène de la rencontre entre ses parents (incarnés par Zinedine Soualem et Audrey Dana), recréée par la magie du cinéma, est vraiment très belle !
Ainsi, nous apprenons que la réalisation de scopitones lui a, un temps, permis de sauver sa société de production : de cette expérience, il conservera un soin tout particulier apporté à la musique dans ses films (collaboration indéfectible avec son ami Francis Lai).

Les échecs cuisants, le rejet par une certaine partie de la critique, les revers de fortune, jalonnent la route de Claude Lelouch. Mais, même sonné comme un boxeur à la fin d’un round, Lelouch ressuscite toujours, à la faveur d’un miracle inespéré.

Il a tout à fait conscience que sa manière peut agacer : son goût pour les grandes fresques qui mêlent grande Histoire et petites histoires entrecroisées, son romantisme absolu, son mysticisme assumé (La Belle Histoire, un très beau film, très risqué), le trop de tout… Mais c’est précisément ce goût de l’excès, cette envie insatiable de filmer et d’aimer qui fascine chez Lelouch, qui est évidemment, à sa manière, un grand cinéaste. Ceux qui aujourd’hui cherchent à l’imiter en réalisant des films choraux échouent bien souvent à transmettre ce souffle, cette énergie débordante et follement sympathique que l’on retrouve dans chaque film de Lelouch, réussi ou raté. Entre les films de copains (Smic, smac, smoc, Tout ça pour ça), réalisés avec trois bouts de ficelle, et les grands films à budget (Les uns et les autres, Les Misérables), Claude Lelouch slalome (bravo pour la sublime scène de ski présentée ici!!) d’un paradoxe à l’autre.

Il y a quelque chose, chez lui, qui résiste à tout, une sorte de feu sacré qui le pousse à tenter, à chaque fois, une nouvelle grande aventure. Après Ces amours-là, qui n’a pas connu le succès mérité, rendez-vous donc, au tournant, pour le prochain film !


D’un film à l’autre (extrait) par lesfilms13

D’un film à l’autre, de Claude Lelouch, France, 144 minutes, Les Films 13.
Sortie le 13 avril 2011.

Infos pratiques

Benoît Lachambre fait danser la voix de Janis Joplin au Théâtre de la Bastille
Ce soir ou jamais s’associe aux Inrocks lab pour dénicher de nouveaux talents
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

One thought on “D’un film à l’autre : Claude Lelouch « the fighter »”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture