Cinema

[CRITIQUE] « Train de nuit » Un premier court-métrage réussi

[CRITIQUE] « Train de nuit » Un premier court-métrage réussi

06 juin 2013 | PAR Marie Pichereau

Franck Buirod dévoile Train de nuit, un court métrage sensible, où l’on découvre le quotidien de trois jeunes garçons. Le film oscille entre les thèmes de l’amitié et de l’amour, des thèmes standardisés mais qui prennent du relief grâce à une plongée habile et racée dans l’inquiétude et les maux de la jeunesse contemporaine.

936960_474041719338266_457191301_nAvec Train de nuit Franck (Franck Buirod) campe le personnage d’un jeune garçon amoureux, sombre et à la fois très humain, il aime se blottir auprès des femmes la nuit venue. A travers sa solitude et sa construction sentimentale, nous faisons la rencontre de ces deux meilleurs amis Moussa et Nicolas. Aussi éclectique qu’une bande d’amis peut l’être, Moussa est impulsif et drôle tandis que Nicolas est davantage réfléchi et concis. Franck est l’éternel optimiste, le Candide du groupe. Cette belle amitié va être violemment exposée à la société actuelle avec ces clivages ethniques ainsi que son injustice. Ce voyage presque onirique dans certaines scènes, nous fait survoler de manière audacieuse et poétique une jeunesse fragile et accidentée. Dans cette création, on salue la prestation d’Elise Lhomeau (Des filles en noir, 2010) dans le rôle de Sophie dont le jeu d’actrice et d’une grande justesse et Johann Dionnet (48h Film Project 2012, Prix du meilleur acteur pour « du sable dans les pompes », octobre 2012), Nicolas, qui parvient à rendre risibles certaines scènes assez sombres de Train de nuit.

Dans ce premier court métrage délicat, on retiendra un sentiment intimiste porté par les lieux et les personnages choisis par le réalisateur. L’intrigue est déliée, la chute ou plutôt la « non chute » tranche avec tous les autres courts-métrages du genre et surtout malgré une durée de 17 minutes, Train de nuit (vous excuserez le jeu de mot) passe à toute vitesse, aucune longueur à déplorer. Ce premier projet d’expérimentation pour Franck Buirod est particulièrement réussi.

Ce soir Télé Bocal diffusera Train de nuit à partir de 23H30 et dimanche la première projection aura lieu au cinéma de Marly le Roi, 10 rue sadi carnot 78160 à 11H30.

Train de Nuit – Teaser from Vincent Amar on Vimeo.

Visuels : © Capture d’écran/Teaser : Vincent Amar.

[Critique] « D’acier » de Stefano Mordidini : cinéma et poésie à l’italienne
Le prix Gulli du Roman 2013 a été attribué au Manoir d’Evelyne Brisou-Pellen
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *