Cinema
Critique Les Runaways: sex, drugs and girls’ power

Critique Les Runaways: sex, drugs and girls’ power

16 septembre 2010 | PAR Gilles Herail

Biopic aussi prévisible qu’efficace d’un groupe de rock des années 1970 emmené par deux adolescentes : à réserver aux fans du groupe.

The Runaways est plutôt un bon film.Le casting joue habilement sur l’image de ses deux têtes d’affiche et notamment Kristen Stewart. Incarnant avec conviction et sans caricature la jeune Joan Jett, elle confirme tout le bien que l’on pense d’elle et sa capacité à rebondir après s’être quelque peu fourvoyée dans la niaiserie puritaine à la Twilight. L’alchimie entre les deux leaders de cet improbable groupe de rock est immédiate et l’atmosphère « rebelle » des années 1970 est reconstruite avec minutie.

Le film s’attache à deux aspects de la carrière des Runaways : leur ascension provoquée en partie par un coup marketing bien senti et la gestion d’une célébrité inattendue centrée sur leur leader Cherie Currie. Cette partie sur la destruction physique de la jeune Cherie, alcoolique et droguée, amène des questionnements sur le poids d’une visibilité acquise trop vite et se révèle assez émouvante lors des surprenantes dernières minutes du film.

Cependant, The Runaways répond beaucoup trop au cahier des charges attendu  en plaçant son quota de scènes de concert, de chansons, de sexe et de prises de coke pour un cocktail  surement réaliste mais vu et revu sur la révolte rock des adolescents. Les nostalgiques apprécieront donc ce biopic bien mené sur un destin à part dans l’histoire du rock. Les autres n’y trouveront sans doute pas grand intérêt.

Gilles Hérail

Nick cave et Warren Ellis parlent du volet 2 de « Grinderman »
Drouot surveillé par les ministères de la culture et de la justice
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *