Cinema
[Critique] « Libros y Nubes », le désir de lire primé à Autrans

[Critique] « Libros y Nubes », le désir de lire primé à Autrans

09 décembre 2013 | PAR Olivia Leboyer

Libros-y-nubes

Lauréat du Prix du Public National Geographic, le documentaire Libros y Nubes (Des Livres et des Nuages) s’intéresse au quotidien d’un petit village péruvien, en situation de grande pauvreté. Là-bas, une petite fille attend de nouveaux livres, une denrée précieuse.

Dans un minuscule village des Andes péruviennes, une fillette va chaque jour à la bibliothèque pour demander quand arriveront les nouveaux livres. En attendant, elle relit inlassablement ceux qui se trouvent déjà là. Le documentaire Libros y Nubes nous immerge dans le quotidien de ces gens de montagne, dont la vie se déroule au ralenti.

Le jury a été sensible à l’attention que Pier Paolo Giarolo porte à ces Péruviens. « C’est un film qui ose prendre son temps, a confié l’un des membres du jury, un film qui demande une qualité d’écoute particulière, qui nous force à apprendre son propre langage. » C’est en effet l’un des documentaire les plus longs de la compétition : près d’1h30 pour relater l’attente, la pénurie, l’espoir sans cesse déçu. Alors, nous voyons le travail dans les champs, le bain donné à un bébé, les discussions au coin du feu sur les croyances des ancêtres. Et puis ces séances d’assemblées villageoises, où les choix des uns et des autres sont soumis à l’avis de tous : jusqu’à l’achat d’une télévision par une famille, que les membres du conseil commentent. La temporalité de ce village coupé de tout lui confère sa singularité, son identité. Mais les villageois sont bien conscients que, plus qu’une télévision, l’aliment essentiel qui leur manque, ce sont les livres. Ces livres précieux qu’une petite fille éprise de lecture attend fébrilement, jour après jour, sans perdre espoir.

Un beau documentaire, qui nous rappelle tout ce que les liens humains doivent à l’écrit.

Libros y Nubes, de Pier Paolo Giarolo, documentaire, France, 85 minutes.

Visuels : © photos officielles du film

[Critique] « Fleuve gelé – Fleuve de vie », du photographe Olivier Föllmi, lauréat de deux Prix à Autrans
La sélection du mardi : cinq précis de mode sous le sapin
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *