Cinema
[Critique] « Les Rois du Monde » de Laurent Laffargue, un premier film sanguin et plein de fougue

[Critique] « Les Rois du Monde » de Laurent Laffargue, un premier film sanguin et plein de fougue

27 août 2015 | PAR Matthias Turcaud

Casteljaloux, village du sud-ouest de la France. Entre amitié, ivresse et plaisir du verbe, les hommes y sont Les Rois du monde. Mais quand Jeannot sort de prison, il n’a qu’une seule idée en tête : reconquérir Chantal, l’amour de sa vie, qui s’est installée en son absence avec le boucher du village. La tragédie grecque prend alors des allures de western.

[rating=3]

Premier film venu d’un homme de théâtre et d’opéra, Les Rois du Monde apporte un vent de fraîcheur bienvenu, et ce même s’il s’aventure sur les sentiers – il faut dire – déjà bien balisés de la vengeance et du triangle amoureux.

Film sanguin et fougueux plein de tempérament, Les Rois du Monde ne fait certes pas dans la dentelle, emmené par le duo couillu Sergi Lopez – Eric Cantona. Céline Sallette fait elle aussi des étincelles dans le rôle de la désirée Chantal, tout comme, à un moindre degré, Romane Bohringer et les jeunes premiers Victorien Cacioppo, Roxane Arnal et Jean-Baptiste Sagory.

S’il dérive vers la série B, le film de vengeance ou encore, en fin de course, le western, le film porte aussi l’identité de son auteur, avec cette présence très forte du théâtre – à travers l’intrigue secondaire du Conservatoire de Bordeaux à préparer par les jeunes comédiens en herbe dont personne d’autre que Chantal, la femme qui fait tourner les têtes de Jeannot l’ex-taulard et de Jacky le boucher, est la professeure.

A l’arrivée, on se retrouve face à un film rythmé, non dépourvu de maladresses mais surtout rempli d’énergie, de vitalité et de moments de grâce – comme la scène lors de laquelle Chantal danse dans sa cuisine ou encore l’image fantasmée par Jeannot alors à l’hôpital après une échauffourée avec son rival Jacky, et qui la voit nue, coupée aux fesses, se retournant vers lui.

On peut aussi penser au théâtre élisabéthain et à Shakespeare avec cette cohabitation permanente du rire et du drame – on distingue d’ailleurs l’affiche d’Othello à un moment chez Chantal. L’hémoglobine à laquelle la part belle est faite au mépris de la bienséance va également dans le même sens.

Les Rois du Monde, une comédie dramatique réalisée par Laurent Laffargue avec Sergi Lopez, 1h40, sortie le 23 septembre 2015.

[Critique] « Une enfance » de Philippe Claudel : une chronique de l’enfance un peu anecdotique
Gagnez 2×1 places pour le vernissage de Roca Balboa et les concerts de 1000 Russos, Magic Castles et Versolo à l’Espace B
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *