Cinema

 Le prix du succès : un film émouvant doublé d’un jeu d’acteurs du tonnerre [Critique]

 Le prix du succès : un film émouvant doublé d’un jeu d’acteurs du tonnerre [Critique]

29 août 2017 | PAR Terence Gerber

Six ans après son premier long-métrage, Jimmy Rivière, le réalisateur Teddy Lussi-Modeste revient nous présenter son petit dernier, Le prix du succès. Un film émouvant doublé d’un jeu d’acteurs du tonnerre, le nouveau long-métrage du réalisateur est une réussite sur tous les plans.

Quel est le prix à payer d’une réussite fulgurante ? C’est là le thème principal du film Le prix du succès. Un thème déjà bien connu, vous me direz, mais c’est là toute la richesse du long-métrage. Au lieu de parler du milieu du show-business postréussite, Teddy Lussi-Modeste a voulu s’orienter vers le milieu familial et les conséquences, parfois néfastes, d’une ascension sociale – personnelle – parmi ses membres.

Le jeune Brahim (Tahar Rahim), un humoriste qui connaît un grand succès, se voit contraint de mettre de côté son frère gênant s’il veut rester sur les rails de la réussite. Son frère Mourad (Roschdy Zem) ne fait aucune distinction entre l’ascension de son frère et lui, ce qui rend les choses compliquées pour Brahim. Linda (Maïwenn), la conjointe du pro du stand-up, est consciente du poids mort que représente Mourad, et essaie tant bien que mal de le mettre en garde.

A travers ce film, Teddy Lussi-Modeste a voulu mettre en images le poids que peut représenter la famille dans l’ascension sociale. « L’argument, avance-t-il, tient en une ligne : comment un jeune homme issu d’un quartier périphérique, devenu célèbre, va lutter contre le rackette et s’éloigner d’eux. » La réussite professionnelle, si bonne soit-elle, est souvent personnelle. Ainsi, certains dans la famille peuvent s’en sentir exclus. Bien que Brahim ait su gravir l’échelle sociale – en prenant l’ascenseur – par son talent, son frère trouve en lui le moyen de s’élever aussi, quitte à être dépendant.

Le duo familial Tahar Rahim et Roschdy Zem ajoute à ce film une intimité et une proximité qui permettent au spectateur de s’immiscer dans ce drame social au plus près. Lorsqu’il s’agit d’interpréter deux frères, les deux acteurs font preuve d’un réalisme impressionnant. Leur jeu d’acteur est l’issue d’une grande complicité. Pour adoucir ce duo plein de testostérone, on peut compter sur le vent de fraicheur que représente Maïwenn.

Le prix du succès, durée 1h32, sortie le 30 août 2017

Visuel : Photo et bande annonce officielles du film

Le Clown du Rocher de Jean Lambert-wild : une véritable expérience sensorielle
[Live Report] « DGTL Barcelone 2017 » : sea, sun & électro
Terence Gerber

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *