Cinema

Critique : Le Président, les coulisses d’une campagne politique

03 décembre 2010 | PAR Sonia Ingrachen

La caméra d’Yves Jeuland, documentariste passionné par le spectacle politique, a suivi pendant six mois le quotidien et les aléas de la campagne régionale en Languedoc-Roussillon de Georges Frêche.

George Frêche est le « personnage » central de ce documentaire. Ancien maire de Montpellier, et Président de la région Languedoc Roussillon depuis 2004, il a fait plusieurs fois le buzz dans les médias pour ses propos jugés inacceptables (Fabius, les Harkis, l’équipe de foot). Ce n’est pas un hasard si Yves Jeuland a choisi cet homme politique comme sujet de son film. Caractériel, macho, irritant, ambigu, nostalgique, George frêche est un personnage théâtral comme on les aime au cinéma. La politique est une scène pour cet orateur difficilement contrôlable. C’est un caméléon dont les prises de position évoluent au gré des publics. Il ne s’agit pas de porter un jugement moral sur les idées politiques ou les paroles du politicien, mais d’apprécier un documentaire qui nous révèle les coulisses du pouvoir, les machinations et la machinerie politique. Yves Jeuland avoue lui-même ne pas avoir pour sujet les idées de l’homme « je ne sais pas si j’aurais voté Georges Frêche si j’avais encore été électeur en Languedoc. Ce n’est pas d’ailleurs le propos du film. C’est un grand acteur que je suis allé chercher, une vraie figure cinématographique, un ogre » : un ogre, une bête en représentation. La caméra du réalisateur capte aussi bien les représentations publiques de Frêche (les meetings, les fêtes, les interviewes télévisées) que les instants privés de la politique (conciliabules, réunions stratégiques) et du quotidien ( au réveil en djellaba, en voiture alors qu’il médite, jouant aux cartes). Ce qui étonne surtout dans ce documentaire, c’est que Frêche semble agir sans jamais prendre en compte l’œil-caméra qui scrute ses moindres gestes : on le voit sans cesse chanter, contempler des moutons depuis sa voiture, mâcher des post- it (?), blaguer avec ses collègues, révéler ses mensonges sans être effrayé de l’image qu’il donne (il avoue avoir modifié des éléments de sa jeunesse pour toucher les électeurs).

On découvre la réalité d’une campagne politique, les stratégies et les coups de théâtre. On découvre surtout les hommes du président, Frédéric Bort et Laurent Blondiau, les marionnettistes qui tentent d’encadrer (parfois en vain) ce monstre politique. Ils font la force de ce documentaire. Ils soufflent les textes de Frêche lors des interviewes, font passer des petits papiers quand l’homme improvise un discours qui pourrait le desservir, ils le suivent lors de ses déplacements, jouent aux cartes avec lui, blaguent amicalement… Ces conseillers ne sont jamais très loin pour mettre en place les manœuvres de Frêche. Les moments les plus jouissifs sont sans doute ceux où les spectateurs assistent à l’angoisse (palpable à l’écran) du faux pas. Lorsque Frêche est invité sur le plateau du Grand Journal (pour l’affaire Fabius) ou lorsqu’il passe le premier tour, la caméra fige les visages des conseillers : c’est une bataille quotidienne contre le dérapage et un spectacle savoureux pour le spectateur.
Yves Jeuland filme sans complaisance cet « encombrant » personnage excessif du midi, qui aime la bonne bouffe et le vin, qui nous fait parfois rire (malgré lui) avec ses obsessions (faire ériger les statues de Lenine, Mao, Staline), que l’on déteste souvent, qui se bat « comme un chien » pour la victoire, apeuré comme il l’était par la retraite et la mort.

Celui qui voulait mourir debout comme Molière, a le droit avec Le Président, à une dernière représentation.

Le Président, un film d’Yves Jeuland en salle le 15 décembre. Durée 1h38



Bande Annonce « Le Président »

Une heure avant la mort de mon frère à l’Aktéon
Festival Orange on stage with: Fatboy Slim + Brodinski au Social Club le 9 et 10 décembre
Sonia Ingrachen

2 thoughts on “Critique : Le Président, les coulisses d’une campagne politique”

Commentaire(s)

  • Amelie Blaustein Niddam

    Juste génial, le docu dit l’exacte réalité d’une campagne politique dans le sud, que de souvenirs pour moi!
    à voir, à voir!

    décembre 18, 2010 at 23 h 25 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *