Cinema
Critique dvd: Quand je serai petit, une belle comédie dramatique de Jean-Paul Rouve avec Benoit Poelvoorde

Critique dvd: Quand je serai petit, une belle comédie dramatique de Jean-Paul Rouve avec Benoit Poelvoorde

03 novembre 2012 | PAR Gilles Herail

[rating=4]

Passé inaperçu lors de sa sortie en salles, Quand je serai petit mérite une seconde chance en dvd. Ce conte fantastique doux-amer dresse de très beaux portraits et évoque d’une manière pudique et touchante la difficulté d’accepter la perte du père chez l’adulte.

Synopsis. À l’occasion d’un voyage, Mathias, 40 ans, croise par hasard un enfant qui lui fait étrangement penser à lui au même âge. Profondément troublé, il se lance dans une quête insensée sur les traces du petit garçon qui risque bien de bouleverser son existence et son équilibre familial … Et si l’on pouvait revivre son enfance, pourrait-on alors changer le cours des événements ?

Bizarrement peu soutenu par la critique et victime de son manque de promotion, Quand je serai petit n’a pas réellement eu la chance de rencontrer son public en juin dernier. Bourré de qualités et d’une étonnante maitrise, le deuxième film de Jean-Paul Rouve est une très belle surprise. Une fois accepté le postulat quasi fantastique (le personnage de Jean-Paul Rouve retrouve par hasard une famille qui ressemble point pour point à la sienne 30 ans plus tôt), Quand je serai petit trouve le ton juste pour aborder une multitude de thèmes passionnants et capter de très beaux moments de cinéma.

Jean-Paul Rouve incarne à la perfection ce Mathias, un homme normal qui se retrouve désarçonné par la rencontre d’un garçon qui ressemble si étrangement à lui petit. Il va alors le suivre, s’immiscer dans cette famille, s’en rapprocher. Pour lui éviter les erreurs d’enfance qu’il regrette aujourd’hui. La complicité entre les deux Mathias est évidente, et le personnage de Jean-Paul Rouve passe de plus en plus de temps avec cette famille du Nord et cet enfant qu’il a été. Mais c’est surtout  l’occasion de redécouvrir son père, dont il n’avait gardé que peu de souvenirs. Ce père incarné magnifiquement par Benoit Poelvoorde qui trouve un de ses plus beaux rôles. Mathias veut partager ses passions (la photographie d’avion), parler avec lui de la vie, rattraper ces moments perdus, s’en faire un ami. Mais aussi revivre son départ.

Le film n’utilise que très peu les questions de la temporalité, des destins parallèles et de la modification d’une trajectoire. Rouve veut surtout filmer les rencontres, des scènes d’apparence anodines, le long du tarmac, autour d’une bière, en attendant le prochain avion au décollage. On retrouve la poésie réaliste du Papa de Maurice Barthélémy avec Alain Chabat qui parlait aussi de rapport père/fils et de deuil. Rouve surprend avec un réel sens de l’image et du montage, qui compense largement les quelques maladresses. Un très beau film, au rythme particulier, jamais niaiseux, drôle, bouleversant et au final véritablement profond. A découvrir.

Gilles Hérail

Quand je serai petit, une comédie dramatique de Jean-Paul Rouve avec Jean-Paul Rouve, Miou-Miou, Benoit Poelvoorde, Arly Jouver, sortie en dvd le 31 octobre 2012, 1h35

Emmanuel Fansten – Les nouveaux barbouzes
Ces (excellents) films passés inapercus: World’s Greatest Dad de Bobcat Goldthwait avec Robin Williams, la critique.
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *