Cinema
[Critique] Doute(s), Chronique du sentiment politique, un film détonant, à voir

[Critique] Doute(s), Chronique du sentiment politique, un film détonant, à voir

12 novembre 2013 | PAR Olivia Leboyer

doutes2

Après Quai d’Orsay de Tavernier la semaine dernière, un autre film politique, nettement plus risqué et, donc, plus intéressant. Sortie le 13 novembre.

[rating=3]

Depuis le stupéfiant L’Exercice de l’Etat de Pierre Schoeller, le film politique est devenu, en France, un genre à la mode. Quelques tentatives plates (La Conquête, Quai d’Orsay), pour de rares pépites (Pater d’Alain Cavalier, plein d’humour et de sagacité). A la télévision, on ne compte plus, désormais, les biopics sur tel ou tel ministre ou Président.

Alors, quand un film ose un ton singulier, un parti pris inconfortable, on ne peut qu’être surpris et intéressé. En mêlant chronique politique et atermoiements sentimentaux, en choisissant pour décor des appartements bourgeois et des brasseries parisiennes (une scène clef à l’étage de la Rotonde), Yamini Lila Kumar sait bien que son film ne plaira pas à tout le monde. Précisément, le film tourne autour de cette question de l’objectivité impossible, du point de vue situé que l’on adopte dans ses attachements politiques. Yamini Lila Kumar semble foncer dans tous les écueils possibles, pour mieux les détourner. Lorsqu’elle filme son propre mari, Christophe Barbier, se scrutant dans un miroir pour déterminer si son profil ne serait pas un peu mou, un peu suisse, l’humour est manifeste. Deux amis de longue date, Paul (Benjamin Biolay, entier, à vif) et Chris (Christophe Barbier, d’une douceur naturelle) se retrouvent périodiquement, entre 2006 et 2012, pour dîner. Entre eux, de l’amour, de l’admiration mais aussi de l’incompréhension et des sentiments plus troubles. Si Paul, journaliste politique, affirme clairement son appartenance à la gauche, Chris ne montre pas grand-chose de ses choix ou, plutôt, érige l’incertitude, l’observation, en conviction. Tantôt amusées, tantôt déroutées et impuissantes, leurs femmes entrent dans la danse de ces drôles de discussions, où le sentiment politique se teinte souvent d’une tout autre couleur. Lara Guirao, en historienne obsédée par la Shoah (et femme de Chris), et Suliane Brahim en jeune comédienne naviguant entre réalité et mythes (et compagne de Paul), sont remarquables. Dans les attachements politiques, les idées importent, mais il entre également une part d’irrationnel, dont on ne mesure pas toujours toute la portée. Et quand le fantasme sexuel entre en scène, avec la figure inénarrable de DSK, la logique dérape…

Un film singulier, très bien écrit, qui déjoue finement les codes de la sociologie politique. A voir.

Doute(s), Chronique du sentiment politique, de Yamini Lila Kumar, 1h24, France, avec Benjamin Biolay, Lara Guirao, Christophe Barbier, Suliane Brahim (de la Comédie Française). Sortie le 13 novembre 2013.

visuels: affiche, photos et bande annonce officielles du film

Les Poilus de Jean-Pierre Guéno : lettres et témoignages des Français
L’Afrique et les caraïbes à l’honneur pour le festival Africolor 2013
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *