Cinema
[Compétition] « The assassin », un film historique décevant de Hou Hsiao-hsien

[Compétition] « The assassin », un film historique décevant de Hou Hsiao-hsien

21 mai 2015 | PAR Yaël Hirsch

Après la beauté simple et lumineuse de Three Times (2005) et du Voyage du ballon rouge (2007) les fans du maître taïwanais Hou Hsiao-hsien, on attendu longtemps ce nouvel opus, Nie Yinniang (The Assassin). Et malheureusement, dans le genre historique, même boosté aux arts martiaux, le réalisateur de Poussière dans le vent (voir notre article) fait une proposition trop lente et empesée pour convaincre son public. Les fans le suivent, les amateurs se laissent semer… 

[rating=2]

Adulé par certains cinéphiles, le réalisateur taïwanais Hou Hsiao-hsien est la figure tutélaire de la nouvelle vague chinoise. Aussi a-t-on été étonné d’apprendre que The Assassin était un film historique en costumes. A la Rohmer peut-être? Même pas! Histoire simplette de vengeance, Nie Yinniang (titre chinois du film) porte le nom de son héroïne, une superwoman fortiche en arts martiaux, formée par les nonnes et missionnée dans sa province natale du Weibo pour éliminer un tyran qui fait dissidence.

Si la la photo est belle, avec des plans larges en extérieur et une caméra rapprochée qui semble sonder les personnages en intérieur, le résultat est une plongée dans la naphtaline et les pinces à cheveux de costumes plombant. En nous téléportant dans la Chine du 9ème siècle, Hou Hsiao-hsien semble plus proche du mauvais film de cape et d’épée hollywoodien des années 1950 que de ce qu’on pouvait attendre de lui lorsqu’il s’empare d’un film de genre. Mis à part deux ou trois scènes de combats, c’est ce qui se dit théâtralement qui est supposé faire avancer l’action. Mais le film se déroule avec une lenteur surannée dont on ne comprend pas l’objet. On perd le fil et l’envie de se lasser emmener. Dommage,  alors même que le réalisateur retrouve certains de ses meilleurs comédiens (l’éternelle Shu Qi, l’étonnant Chang Chen et au détour d’une scène, on aperçoit même Jiang Wen !) et qu’il a travaillé 8 ans à ce projet avec son scénariste Chu T’ien-wen.

The assassin, un film de Hou Hsiao-hsien. Avec Shu Qi, Chang Chen, Ethan Juan, Michael Chang, Jiang Wen. Scénario : Chu T’ien-wen. Film d’action / Drame, Taïwanais. Durée : 1h44. En salles le 6 janvier 2016.

Visuel : © Ad Vitam

Retrouvez tous les films de la Compétition dans notre dossier Cannes

« Tout Faire » : prometteur Florian Pautasso
[Compétition] « Youth », de Paolo Sorrentino
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture