Cinema

« Comme des bêtes » : l’homme qui murmurait à l’oreille des animaux

« Comme des bêtes » : l’homme qui murmurait à l’oreille des animaux

26 septembre 2014 | PAR Fanny Bernardon

Produit par France Télévision, Comme des bêtes est un webdocumentaire qui propose dès le 24 septembre, une expérience poétique et philosophique, un ballet entre hommes et animaux, un exercice inédit réalisé par Judith Sibony.

En 2012, Judith Sibony découvre au Théâtre National de Chaillot le travail de Luc Petton. Son spectacle intitulé Swan mettait gracieusement en scène femmes et cygnes sur scène. De là fleurit l’idée de la réalisatrice de proposer un voyage initiatique, parsemé de choix à faire, d’énigmes  à résoudre et  d’images auxquelles goûter. En effet, pris dans un ballet sensuel, hommes et animaux se rencontrent, se frôlent, s’expérimentent et s’écoutent. Judith Sibony reconnaît la suggestion érotique de ces corps à corps, mais pour elle, ils ne sont pas de nature à choquer ni à transgresser. La fusion par la danse permet au contraire une écoute et une compréhension élargie entre hommes et bêtes. Cygnes, grues et chevaux sont invités dans ses valses où l’homme est à l’écoute de chacun des gestes et de chacune des respirations de son partenaire. La réalisatrice explique l’intérêt de ces retrouvailles qui participent d’une quête personnelle où l’homme, attentif à l’animal, sort de soi et apprend à se connaître davantage.  Il ne s’agit pas d’un dressage ou d’un asservissement de la bête qui suivrait au doigt et à l’oeil une chorégraphie de gestes censée l’actionner, mais bien d’un face à face entre animalité et humanité.

Le format webdocumentaire choisi par Judith Sibony suit la logique de partage et d’interactivité qui règnent en maître mots sur Comme des bêtes. Offrant une gamme variée d’écritures, le web s’adaptait parfaitement à l’idée d’expérience que s’était faite la réalisatrice. Il fallait que d’une façon ou d’une autre, l’internaute puisse agir et réagir, qu’il se sente pleinement comme faisant partie de cette histoire, partageant les pas de danses, ressentant la force d’une telle rencontre.

Comme des bêtes est un voyage psychologique, ludique et sensoriel, partagé en cinq chapitres, rappel symbolique de nos cinq sens. Ce choc des altérités conduit calmement l’internaute vers une fin heureuse où l’attend une surprise.

Auréliano Tonet, chef du service culturel du Monde, interroge Judith Sibony et lui compare le travail de La Fontaine qui déjà narrait l’humanité présente en l’animal, et l’animalité chez l’homme. La réalisatrice acquiesce en expliquant néanmoins que son webdocumentaire tente d’aller plus loin en explorant les relations entre les sujets. Pour elle, tout est question d’écoute. Pour vous faire vous aussi une idée, c’est par ici.

Visuel à la une : @Capture d’écran / Visuels @Captures d’écran Comme des Bêtes et images Le Monde.

« JOSEPH_Kids », la réalité augmentée d’Alessandro Sciarroni
« Weaving chaos » de Tânia Carvalho: tempête sur un plateau
Fanny Bernardon

One thought on “« Comme des bêtes » : l’homme qui murmurait à l’oreille des animaux”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *