Cinema

Claude Chabrol est mort ….

12 septembre 2010 | PAR Coline Crance

Le réalisateur Claude Chabrol est mort ce matin à l’âge de 80 ans. Cinéaste à la filmographie foisonnante , il n’a eu de cesse à travers ces films de disséquer la société , ses vices et ses travers…


Tout commence avec le Beau Serge en 1958 pour lequel il reçoit le prix Jean Vigo. Entouré de François Truffaut , Jacques Rivette, Godard, Claude Chabrol monte sa maison de production et finance le Coup du Berger de Rivette, film manifeste de la Nouvelle Vague puis tourne le Beau Serge. A la fois cinéastes et critiques véhéments dans la célèbre revue Les cahiers du cinéma, ils font de cette Nouvelle vague une référence incontournable dans le paysage du cinéma français et international. Jeunes cinéastes talentueux, ils imposent chacun progressivement leur style.

Bonhomme, œil rond, amateur de bonne chair, Claude Chabrol devient alors un formidable portraitiste du genre humain. De la petite bourgeoisie de province à l’ivresse du pouvoir, Claude Chabrol croque , analyse et surtout ironise. Maître de l’autodérision, cinéaste « flaubertien », son regard sur notre société est acide, âpre, corrosif. Il tourne alors la femme infidèle, quand la bête meure , le boucher, traquant sans cesse la folie, les coups bas et la bêtise humaine avec une délectation jubilatoire ! Il s’entoure d’acteurs phares tels que Jean Yanne, Michel Bouquet, Stéphane Audran…

A la fin des années 70 , sa carrière effectue un tournant. Il rencontre son actrice fétiche qu’il révèlera au public en 1978 avec Violette Nozière, Isabelle Huppert. Cette collaboration donnera naissance à de petits chefs -d’œuvre, tels que Violette Nozière, relatant l’histoire de cette empoisonneuse parricide qui fit scandale dans les années 30, la Cérémonie qui s’inspire de l’histoire de sœurs Papin, Merci pour le chocolat , l’ivresse du pouvoir… Le talent , la froideur d’Isabelle Huppert est un cadeau pour Chabrol qui par son regard ose aller toujours plus loin dans les dérives et les folies de l’âme humaine. Il réunit à l’écran de véritables légendes du cinéma français : Isabelle Huppert et Michel Serrault dans Rien en va plus, Isabelle Huppert et Sandrine Bonnaire dans la Cérémonie, Emmanuelle Béart et François Cluzet dans L’enfer, Marie Trintignant et Stéphane Audran dans Betty…Hasard ou coup du sort , après cette carrière longue et foisonnante ce n’est que lors de son dernier film Bellamy en 2008 que Claude Chabrol tourne avec l’acteur fétiche de la Nouvelle Vague Gérard Depardieu.

Cinéaste donc de toute une génération d’acteurs et de cinéphiles, personne n’oubliera la gouaille, le regard malicieux de ce formidable conteur d’histoire …!

Peter Lindbergh à la Polka Galerie – La femme dans tous ses éclats
Vernissage du Studio 13-16 au Centre Pompidou : Live Report
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *