Cinema

[Cannes, Un certain regard] « White God » : Kornel Mundruczo se met au niveau du chien

[Cannes, Un certain regard] « White God » : Kornel Mundruczo se met au niveau du chien

18 mai 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Le virtuose du cinéma hongrois nous offre un drôle de conte, qu’on trouve abscons jusqu’aux deux tiers. Jusqu’à ce que…

[rating=3]

White God 2Le début de White God est tout simplement sublime. Un père (le magnifique Sandor Zsoter), également contrôleur des viandes dans les boucheries, récupère sa fille, très jeune, pour quelques temps. Celle-ci a, pour l’accompagner, un chien nommé Hagen. Dans leur immeuble, une voisine âgée et désagréable (l’excellente Lili Monori) leur précise qu’ils doivent payer une taxe, avec un tel chien. C’est un bâtard… en Hongrie, ça n’est plus accepté… Ironie, absurde, et stylisation discrète du quotidien. On en redemande.

Après vingt minutes de jeu de qui perd gagne, Hagen est abandonné dans la rue. Et le film suit dès lors deux trajectoires : celle de Lili (remarquable Zsofia Psotta), la jeune fille, trompettiste qui courbe l’échine en permanence ; et celle… d’Hagen. Rencontrant d’autres chiens, il échappe aux équipes des fourrières (menées par l’enragé Gergely Banki), est attrapé par un clochard (Janos Derszi), puis vendu à un patron de kebab (Kornel Mundruczo lui-même), qui organise par ailleurs des combats de chiens clandestins. Hagen est ensuite acquis par l’un des participants qui le dresse à tuer, puis finalement envoyé au chenil…

Vous l’aurez compris : les acteurs de Kornel Mundruczo sont sublimes. Vous aurez sans doute également saisi ou imaginé l’étendue de sa maîtrise technique. En termes de cinématographie, on en mangerait. Par contre, quelque chose vous trouble peut-être : quel est le sens de cette fable ? Car c’en est une. Une histoire de chien visible, au départ, par les enfants, à la limite, mais plus à la fin. Donc, qu’est-ce, White God ? Eh bien, après l’évasion des chiens du chenil, suivie de la mise à sac, durant une demi-heure, de Budapest par une meute, on a l’impression d’avoir saisi : en fait, cette image des chiens représente soit des immigrés, soit des rebuts de la société. Des refusés en Hongrie, en tout cas. Leur révolte renverse tout sur son passage, les trafics clandestins aussi bien que la police. Et aussi, une figure de chef d’orchestre à la sensibilité proche de l’extrême droite… Oui, la situation actuelle dans certains lieux culturels hongrois nous éclaire.

Et Lili, dans tout ça ? elle incarne l’artiste. Chargée de mener ses semblables. De les amener, par l’art, et non par la violence, à se mettre au niveau de l’autre, et à le regarder dans les yeux. Clair, pertinent, et plutôt bien pensé. Reste que l’image du chien apparaît un peu naïve… L’animal aurait-il un sens que nous ne connaissons pas, pour les hongrois ? A vérifier, avant d’apprécier le contenu métaphorique du film. Tissé de métaphores pas naïves, du moins en ce qui concerne leur représentation cinématographique, brillante.

White God, un film de Kornel Mundruczo, avec Zsofia Psotta, Sandor Zsoter, Lili Horvath, Tamas Polgar. Drame hongrois, 1h59.

Visuels: © Droits réservés

[Cannes, Un certain regard] Une « Disappearance of Eleanor Rigby » bien lourde
La revue de web de la semaine
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : geoffrey.nabavian@free.fr / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *