Cinema

[Cannes, ACID] « Volta a Terra » : de Joao Pedro Placido, un vrai coup de cœur

[Cannes, ACID] « Volta a Terra » : de Joao Pedro Placido, un vrai coup de cœur

21 mai 2015 | PAR Olivia Leboyer

La sélection ACID est toujours exigeante : elle compte cette année un petit bijou, Volta a Terra du jeune réalisateur portugais Joao Pedro Placido, que nous avons eu le grand plaisir d’interviewer, dans le cadre de notre partenariat avec l’EICAR.

[rating=4]

Avec Volta a Terra, Joao Pedro Placido a accompagné un récit au déroulement naturel. Au fil des saisons et du rythme des champs, il a suivi un jeune garçon vacher, Daniel, qui vit dans le petit village de Ouch, niché dans les montagnes. A 21 ans, Daniel vit déjà dans une solitude apprivoisée. Car, à Ouch, il n’y a que 49 habitants. Presque un monde sans femmes (on pense au beau film de Guillaume Brac, récemment, sur la solitude et les paysages). Mais ici, la solitude est, d’une certaine manière, heureuse. Dans cette nature, belle sans l’être trop, à l’abri des excès et de la modernité, Daniel goûte une sorte de paix.

Evidemment, à son bonheur, il manque quand même une femme. Un beau jour, le village organise une grande fête, animée et dansante. Daniel y rencontre une ancienne camarade d’école et l’attirance semble immédiate et réciproque.

Un échange de sourires, une vache qui vêle, la tonte d’un mouton, tout s’enchaîne avec fluidité dans ce très beau film, attentif aux beautés cachées. Il y a, dans cette terre, chez ces habitants, quelque chose à découvrir, à préserver.

Joao Pedro Placido filme avec amour ce coin isolé qui lui est cher. Le temps des travaux agricoles et le temps suspendu de la rêverie amoureuse ne coïncident pas parfaitement, et le bonheur ne sera pas pleinement accompli. Mais la désillusion de Daniel est adoucie par la lumière de la montagne (Joao Pedro Placido, qui est chef opérateur au départ, excelle à rendre les paysages, en évitant tout effet carte postale), par le sentiment d’avoir choisi la bonne vie pour lui.

Un film précieux et très humain. Nous vous en reparlerons au moment de sa sortie en salles!

Volta a Terra ((Be)longing), de Joao Pedro Placido, Portugal/Suisse, 78 minutes, film documentaire, 2015. Sélection ACID 2015, Festival de Cannes.

Visuels : (c) DR

« The Artist is Absent » : un documentaire inédit sur Martin Margiela
[Hors compétition] « Vice-versa », Pixar plein de folie et d’humanité
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

One thought on “[Cannes, ACID] « Volta a Terra » : de Joao Pedro Placido, un vrai coup de cœur”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *