Cinema
Cannes, à qui la Palme ? Conjectures & pronostics sur le Palmarès

Cannes, à qui la Palme ? Conjectures & pronostics sur le Palmarès

25 mai 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

 

 

Demain, samedi 25 mai, le palmarès du 66ème festival de Cannes sera annoncé. Qui Steven Spielberg et son jury vont-ils élire pour succéder à « Amour » de Michael Haneke ? Voici quelques pistes de réflexion, partant du principe que nous avons vu tous les films en compétition, sauf deux, le Jarmusch de dernière minute et le Polanski, qui seront projetés demain.

Pour la palme d’or, 3 films semblent à prendre au séreux. Le chouchou général est « La vie d’ Adèle », d’Abdellatif Kechiche qui permettrait de couronner une histoire d’amour, non plus au seuil de la mort, mais dans le vif de la vie. Magistral et politiquement engagé, le film du réalisateur Chinois Jia Zhangke, « A Touch of sin » est aussi un candidat plus que potentiel. Tout de suite après, enfin, l’envoûtant « Passé » d’Asghar Fahradi pourrait bien mettre tous les jurés d’accord.

S’il n’a pas la palme d’or, Jia Zhangke est un candidat idéal pour le Grand Prix. A moins que le très émouvant « Inside Llewyn Davis » des frères Coen ne le brigue.

Le prix du jury pourrait bien venir récompenser l’incisif « Borgman » de Alex van Warmedam.

Pour la caméra d’or, « Bends » de Flora Lau ou « La jaula de Oro » de Diego Quemada Diez semblent des candidats plausibles.

Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos (« La vie d’Adèle ») s’imposent ex-aequo pour le prix d’interprétation féminine, à moins que préférant ne pas partager le prix, les jurés ne couronnent Bérénice Bejo (« Le passé »). La belle Marine Vacht (« Jeune et jolie » de François Ozon) est une candidate potentielle, déjà un peu éclipsée, mais qu’il faut bien mentionner.

Du côté des hommes, Oscar Isaac au chant, à la guitare et à l’émotion pourrait bien être la trouvaille palmée des frères Coen (« Inside Llewyn Davis ») ou bien, mais seulement en second choix, pourquoi pas le flegmatique Toni Servillo (« La grande Bellezza »).

Pour la mise en scène, nous parions sur le Rome éblouissant « La grande Bellezza » de Paolo Sorrentino, ou sur le parfait maître de Amat Escalante dans « Heli ». Si Jia Zhangke n’a pas raflé tous les autres prix, la mise en scène de « A touch of sin » est également impressionnante. Et la photo de « Nebraska » d’Alexander Payne vaut le détour.

Pour le scénario, très difficile de deviner ! « La vie d’Adèle » pourrait bien triompher ou encore « Inside Llewyn Davis ».

Rendez-vous dimanche pour découvrir le VRAI palmarès !

Playlist de la semaine (17)
Art à Saint- Germain, incertain festival
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture