Cinema
Cannes 2022 : Christophe définitivement, portrait du chanteur en homme occupé

Cannes 2022 : Christophe définitivement, portrait du chanteur en homme occupé

31 mai 2022 | PAR Geoffrey Nabavian

Montré dans le cadre d’une projection ayant eu lieu au Cinéma de la plage, Christophe définitivement remonte le temps jusqu’en 2002, et donne à voir le vaporeux chanteur dans sa vie, avec finesse et pudeur.

2002, l’occasion de voir Christophe il y a vingt ans de cela. Il se préparait alors à véritablement ressurgir sous la lumière des projecteurs : en 2001 était sorti son album Comm’ si la Terre penchait… salué par des critiques enthousiastes. Des concerts devaient lui succéder, alors que l’homme n’en avait pas fait depuis une trentaine d’années. Une période qui vit donc l’artiste Christophe établir son mythe des dernières années.

On l’aura compris, ce laps temporel est idéal à saisir et à donner à voir en film documentaire : les deux signataires de Christophe définitivement, Dominique Gonzalez-Foerster et Ange Leccia, ont de surcroît opté pour la forme la plus simple possible, pour leur produit final livré. Constitué d’images d’archives personnelles, le documentaire donne à suivre essentiellement Christophe dans des instants où il montre sa vie quotidienne, ses habitudes, ses rituels. Nulle lourdeur, nul commentaire pompeux trop explicatif : on découvre son musée personnel au détour des plans, on suit son mode d’existence au fil du défilement de ces derniers, tout naturellement. On est plongé dans des fragments de vie, tout simplement. Si Christophe se plaît tout à coup à parler de ce qu’il aime manger, ou à montrer la manière dont il bricole ses T-shirts, rien de pompeux ne s’invite dans les images : on suit de la vie prise sur le vif, dans sa malice et sa vérité.

La personnalité de Christophe se suffit à elle-même, elle contient déjà une bonne part de mystère, de chaleur et d’écorchures. Nul besoin dès lors de l’expliquer à outrance ou d’élever à tout prix une statue à l’homme à l’image, mort en 2020. Sa musique et son rapport à elle sont montrés de façon un peu pareille, lors d’instants où l’artiste se pose, et s’immerge en se laissant faire dans ses notes pour les travailler. Le documentaire laisse ainsi au final tout le loisir de s’approcher de cette grande figure musicale, un plaisir laissé aux connaisseurs comme aux curieux. D’ailleurs, connaît-on vraiment Christophe ?

Montré pendant Cannes 2022 dans le cadre d’une projection en plein air au Cinéma de la plage, Christophe définitivement sortira distribué par New Story.

Retrouvez tous les films du Festival dans notre dossier Cannes 2022

*

Visuel : © New Story

Cannes 2022, Un certain regard : Sick of myself, comédie noire satirique qui n’oublie pas d’être bien mise en scène
L’instant lyrique : instant magique d’Adèle Charvet
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture