Cinema

Cannes 2018 : « Sofia », drame tendu et maîtrisé présenté au Certain Regard

Cannes 2018 : « Sofia », drame tendu et maîtrisé présenté au Certain Regard

18 mai 2018 | PAR Geoffrey Nabavian

La réalisatrice Meryem BenM’Barek, signataire de Jennah, court-métrage très remarqué, livre ici un premier long-métrage très maîtrisé, où elle s’empare d’un sujet très douloureux : les naissances hors mariage au Maroc.

[rating=4]

Les images aux teintes grises de Sofia accrochent l’attention d’emblée : soutenues par une caméra très mobile, une mise en scène à vif, au plus près de ce qu’elle filme, elles font plonger dans une histoire malaisante, sans détour, et avec un rythme très soutenu sans être appuyé. Suite à une conversation avec sa cousine Lena, lors d’une réunion de famille, la jeune Sofia (Maha Alemi) découvre qu’elle est enceinte. Or elle n’est pas mariée, et n’a même pas de compagnon : elle se trouve donc sous la menace de la loi, les enfants nés hors mariage étant considérés comme illégitimes au Maroc. Assistée, envers et contre tout, par Lena (jouée par la brillante Sarah Perles), Sofia se rend dans plusieurs hôpitaux. L’accouchement peut se faire, au final, mais les papiers du père de l’enfant à naître doivent être fournis, sous peine de signalement…

Dirigé par Meryem BenM’Barek – lauréate 2017 de la Fondation Gan pour le cinéma, et signataire de  Jennah, court très remarqué – Sofia est un film qui évite toute lourdeur en s’en remettant à ses personnages, peints et observés avec beaucoup de justesse. C’est par leurs regards et leurs attitudes inquiètes que se développe à l’écran tout le tragique de la situation décrite. C’est par leurs présences physiques que se manifeste tout le contexte social. La réalisation, très sobre, se place au niveau du sujet pour proposer un récit rythmé, à l’arrière-plan très sombre. Balade dans une société minée par de graves problèmes, Sofia donne à rencontrer des personnages tous très humains. La maîtrise de l’outil cinéma, et du propos pris en charge dans le film, dont fait montre Meryem BenM’Barek, marquent toutes deux profondément.

Film présenté à Cannes 2018 dans la section Un Certain Regard, Sofia sortira dans les salles françaises le 19 septembre.

Retrouvez tous les films du Festival dans notre dossier Cannes 2018

Geoffrey Nabavian

*

Visuels : © Memento Films Distribution

Cannes 2018, Cinéfondation : le palmarès dévoilé !
Nabucco à Lille : au-delà des apparences
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : geoffrey.nabavian@free.fr / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *