Cinema

Cannes 2015 : 10 choses que l’on attend de ce 68ème festival

Cannes 2015 : 10 choses que l’on attend de ce 68ème festival

13 mai 2015 | PAR La Rédaction

Alors que 7 plumes de Toute La Culture s’apprêtent à sillonner la Croisette pendant 10 jours de célébration du cinéma et du glamour, voici nos plus grandes questions et nos attentes les plus folles. Réponses dans notre dossier Cannes.

1. Les frères Coen sont tous les deux présidents du jury. Vont-ils s’habiller de la même manière ? Doubler le niveau d’exigence ? C’est quand même fascinant d’avoir deux présidents.

2. Le duel Donzelli vs Maïwenn. Elles sont deux femmes réalisatrices en compétition, deux Françaises à forte personnalité. Laquelle va le plus nous happer dans son univers ?

3. Quel futur du Dating, selon Yorgos Lanthimos ? Avec Canines, il nous avait emmené au cœur le plus glauque de la famille. Dans The Lobster, notre réalisateur grec passe au casting hollywoodien, (Colin Farrell, Rachel Weisz, Léa Seydoux..) pour proposer une science-fiction désenchantée dans une version revue et corrigée du mariage forcé. En compétition et très attendu…

4. Natalie Portman cinéaste, ça donne quoi ? L’égérie Dior à qui tout réussit a adapté le grand auteur israélien Amos Oz. Fresque familiale monumentale, Une histoire d’amour et de ténèbres est un morceau. Nous avons hâte de voir comment l’actrice de Léon et de Black Swan l’a mise en images.

5. Mad Max, 30 ans après. Un bon blockbuster en période pointue, c’est toujours agréable. Et quand il s’agit du retour du héros motorisé, sous les traits musculeux de Tom Hardy, nous on dit qu’on demande vraiment à voir. Une Fury Road que la France découvrira en même temps que Cannes et qui peut aussi se casser la gueule sur son gros budget.

6. Les projets saugrenus tiendront-ils leurs promesses ? La compétition nous offrira The Lobster, donc, mais aussi Tale of tales, un conte avec princesses et châteaux signé… Matteo Garrone (Gomorra et Reality) ; des Lettres persanes à la sauce… Jacques Audiard (Sur mes lèvres, De battre mon coeur s’est arrêté, De rouille et d’os), avec Dheepan ; et ce qui s’annonce, on l’espère, comme un nouveau grand rôle casse-gueule pour… Gérard Depardieu, avec Valley of love de Guillaume Nicloux. Croire au risque : un principe suprêmement cannois.

7. Dans la section Un Certain Regard, les pays dont on connaît mal le cinéma en France nous surprendront-ils ? Les indiens Gurvinder Singh et Neeraj Ghaywan, le croate Dalibor Matanic, et l’éthiopien Yared Zeleke, seront en tout cas là pour nous transporter, on l’espère, dans des univers tranchés. Les titres de leurs films respectifs ? La Quatrième Voie, Masaan, Soleil de plomb et Lamb.

8. Toujours au Certain Regard, les déjà très récompensés Naomi Kawase (Suzaku, La Forêt de Mogari, ou Still the water, rentré bredouille l’an dernier), Apichatpong Weerasethakul (la Palme d’or 2010, Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures, et Tropical malady, primé en 2004), Brillante Mendoza (Kinatay) et Corneliu Porumboiu (12h08 à l’Est de Bucarest) sauront-ils eux aussi encore nous surprendre ? Allez, jouez-la vous grands maîtres, et prenez des risques… On ne vous en voudra pas.

9. Le retour de Forest Whitaker avec pas moins de deux films en tant que producteur, après sa venue au festival en 2013 pour présenter Zulu avec Orlando Bloom, mais aussi Fruitvale Station qu’il avait déjà produit et qui fut primé dans la catégorie Un Certain Regard. C’est donc Dope de Rick Famuyiwa avec Zoë Kravitz et le rappeur Tyga, une comédie dramatique pour la génération post hip-hop produite avec Pharrell Williams et Sean Combs et Songs My Brothers taught me, premier long-métrage de Chloé Zhao qui seront projetés à la Quinzaine des Réalisateurs, et que l’on a donc hâte de découvrir.

10. Les projections Cannes Classics en hommage au génie du cinéma Orson Welles, qui aurait eu 100 ans cette année. L’occasion de redécouvrir des chefs d’œuvre comme La Dame de Shanghaï ou Citizen Kane sur grand écran, douce rêverie noir et blanc. Mais aussi les documentaires qui lui sont consacrés, This Is Orson Welles (avec Martin Scorsese, Henri Jaglom, auteur du recueil de conversations avec Welles et Peter Bogdanovich), mais aussi Orson Welles : autopsie d’une légende.

La rédaction

Retrouvez tous les articles sur cette édition du Festival de Cannes dans notre dossier spécialement consacré.

Visuel : (c) DR

[Chronique] « II » de Metz : patiemment frontal, viscéralement punk
Festival de Cannes : 10 bons plans de la rédaction pour ne pas mourir de faim
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *