Cinema

Broken, de Rufus Norris : la violence du réel dans les yeux d’une enfant

29 juin 2012 | PAR Yaël Hirsch

Sélectionné par la 51ème semaine de la critique à Cannes, cette année, et avec le président du jury « Un certain regard », Tim Roth, dans un des rôles principaux, « Broken » est un film qui tient sur ses acteurs et qui se déguste pour ses fragilités. Sortie le 22 août 2012.

Emily, alias « Skunk » (Eloïse Laurence) est à 12 ans encore une petite fille. Mais d’une acuité intellectuelle prodigieuse et d’une vitalité prodigieuse, malgré un diabète qui l’oblige à contrôler quotidiennement son sang. Avec son grand frère Jed (Bill Milner), ils s’inventent tout un monde dans une casse de voitures où une caravane épargnée leur fait office de cabane. Alors que la maman les a quittés, le père, Archie (Tim Roth, jamais en surjeu) est un avocat respecté, un peu terne mais très aimant et rassurant. La joie de vivre vient de leur nounou slave, la jolie Kasia (Zana Marjanovic)et de son petit copain brillant, amené à être l’enseignant de Skunk lors de son entrée au collège (Cillian Murphy, irrésistible). Mais l’été d’avant le grand saut vers les études secondaire va être une expérience douloureuse pour Skunk qui est témoin d’une scène très violente entre un de ses voisins dur et aigri et d’un  autre voisin, plus jeune et très simplet. C’est aussi le temps du premier amoureux et des smacks, sans vraiment comprendre pourquoi son grand frère ou même son père sont si intéressés par le sexe…

Adaptation d’un roman de Daniel Clay par le scénariste Mark O’Rowe, « Broken » est le coup d’essai en long métrage du talentueux metteur en scène Rufus Norris. A mi-chemin entre la mythification de l’adolescence et la tradition du film social anglais (de Alan Clarke à Paddy Considine), « Broken » tient la ligne d’une  photographie sobre mais pétillante. Seul hiatus : les maladresses de mise en scène et les flash-backs obligés et fastidieux sur chaque moment de violence enrayent le film. Mais, même si le rythme s’empêtre, la formidable Eloïse Laurence retient son public captif de ce qu’elle va devenir dans ce monde où les adultes semblent tous devenus fous- et donc violents. Plus généralement, la direction et le choix des acteurs est impeccable, avec un Tim Roth placide et un Cillian Murphy parfaitement nerd et génialement sexy. « Broken » est un film pas follement original, mais jamais manichéen. Oasis dans l’été, il permet même de méditer sur la ligne de partage entre la force et la fragilité.

Rufus Norris Avec Tim Roth, Eloïse Laurence, Cillian Murphy, Robert Emms, Zana Marjanovic, Clare Burt, Bill Milner, Zana Marjanovic, Clare Burt, Grande-Bretagne, 2011, 1h30, sortie le 22 août 2012.

Infos pratiques

Bref, c’est la fin de « Bref »
Lancement des « Saisons Russes » au Théâtre des Champs-Elysées
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

2 thoughts on “Broken, de Rufus Norris : la violence du réel dans les yeux d’une enfant”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *