Cinema

Blast of Silence- L’homme solitaire

Blast of Silence- L’homme solitaire

20 décembre 2017 | PAR Pierre Descamps

A l’occasion de la re-sortie en salles du film génial d’Allen Baron Blast of Silence (1961) par le distributeur les films du Camélia, nous sommes replongés dans l’ambiance jazzy du film. Un réalisateur et acteur méconnu sous-estimé à l’image du film qui est pourtant l’un des films préférés new-yorkais de Martin Scorcese. Un vrai joyau de film de gangster à (re)découvrir du 20 au 26 décembre au cinéma Christine 21 (4 rue christine, Paris)

A New York, la vie engloutit les hommes. Il y’a ceux qui réussissent et qui se font une place de choix dans la société. Et il y’a les autres, ceux qui doivent truander pour vivre.

Sous une musique jazzy entraînante et folle, c’est donc l’histoire d’un homme seul qui nous ai conté. Seul,il bavarde à lui-même, sa tête explose de paroles mais il ne dit point mot. C’est un homme discret quoi que de plus banal mais le mal est dans la banalité.

1H17 dans la peau d’un truand

Cet homme est seul, il préfère l’être pour ne pas avoir d’ennuis. Mais son principal ennui était la solitude. C’est le serpent qui se mord la queue, il n’a point de solution à sa situation. On ne change pas un homme qui vit dans l’ombre.

Il se sent comme un orphelin de la vie. Orphelin de son père, il le haïssait profondément. Orphelin des femmes, elles le considèrent au mieux comme un ami qu’il fallait aider car il était seul. Sa seule porte de sortie se situe dans l’ouverture à l’autre. Peut-on s’aventurer dans des eaux aussi troubles sans se salir les mains ?

Seul, il préférait parler à lui-même plutôt qu’aux autres.Seul, il préférait s’écouter lui-même plutôt qu’écouter les autres. Chaque interaction avec l’autre est un risque qu’il ne faut pas prendre. Chaque interaction avec l’autre est un risque vers une mort certaine.

« Un tueur qui ne tue pas se fait tuer ». Cet homme seul connaissait par coeur ce proverbe. Il vit alors des activités de la mafia.

Sans le savoir, il était emprisonné dans sa propre cage. Sans ami, sans amour il n’était rien. Sa seule raison d’être est d’ôter la vie à autrui, il est efficace à cela.

C’était son remède face à la solitude.
A chacun son remède face à la solitude.
Quel est le vôtre ?

Crédit Image : Affiche du film

Arnaud Gallizia expose ses toiles et ses fusains 70 rue de la Bellefeuille
Kevin Bezier, fondateur de Baisers Sucrés : « On est à Paris, on est dans le nid des chefs quand même ! »
Pierre Descamps

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *