Cinema

[BERLINALE] T2 Trainspotting : seringues de nostalgie

[BERLINALE] T2 Trainspotting : seringues de nostalgie

13 février 2017 | PAR William Meignan

Après plus de 20 ans, c’est la suite du film culte des années 90, Trainspotting de Danny Boyle, (Slumdog Milionnaire, Steve Jobs) qui a été présenté à la Berlinale.

 

Le premier film sorti en 1996 raconte les pérégrinations d’une bande d’héroïnomanes écossais. Trainspotting laissait toutefois le spectateur sur sa faim. En effet, le personnage principal Renton, incarné par Ewan McGregor, quitte alors Édimbourg et ses amis après les avoir trahi et volé. Qu’à-t-il bien pu lui arriver ? C’est ce que Danny Boyle nous raconte dans T2 Trainspotting.

Le second volet s’ouvre sur le retour de Renton à Édimbourg et la recherche de ses anciens amis. Begbie (Robert Carlyle) a passé les 20 dernières années en prison, Spud (Ewen Bremner) est toujours accroc à l’héroïne et Sick Boy (Jonny Lee Miller) est un cocaïnomane aux idées de business toutes plus tordues les unes que les autres.

Par la volonté du réalisateur, les deux opus entrent véritablement « en conversation » d’’abord grâce à un casting quasi-identique mais également grâce à des références très (trop ?) présentes tout au long du film : musique, flashbacks et histoires racontées par des personnages emplis de nostalgie.

Ce qui ne fait cependant pas de doute c’est que T2 Trainspotting s’inscrit bien dans son époque. C’est d’abord l’urbanisme de la ville d’Edimbourg même qui est frappant. Les rues sombres et sinueuses laissent place à une ville moderne, dynamique et internationale. D’autre part, sans verser dans la critique sociale, le personnage de Renton ne cesse d’aborder avec légèreté les problématiques contemporaines dans toute leur diversité : la télé-réalité, les réseaux sociaux ou l’injonction constant au choix (« Choose Your Life » chanté par Renton, est le leitmotiv du film).

Finalement, cette deuxième opus se présente comme un bel hommage au premier film culte. Sans nous proposer quelque chose de vraiment novateur, Danny Boyle réussit à préserver l’énergie, l’humour et l’atmosphère, marque de fabrique de Trainspotting, tout en voyant la folle jeunesse laisser la place à la nostalgie d’un temps révolu.

La sortie de T2 Trainspotting est prévue en France le 1 mars 2017.

[BERLINALE, JOUR 4] S’ACCOMMODER DU COMPROMIS ?
Des lèvres encore plus douces
William Meignan

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *