Cinema

Benda Bilili!, quand le talent se fiche des différences

30 août 2010 | PAR Geraldine Pioud

La Quinzaine des réalisateurs leur a offert son ouverture. Cannes 2010 portera chance à ses musiciens de talent, généreux et tendres. Pour chasser la grisaille coutumière de chaque rentrée, laissez-vous emporter par le charme de ces artistes hors-norme.

Benda Bilili! est un documentaire qui dépasse la fiction. Tout commence en 2004. À Kinshasa, Coco Yakala rêve. Sur son tricycle « arrangé », il imagine l’existence que pourrait avoir le Staff Benda Bilili : un jour ils deviendront « les handicapés les plus connus d’Afrique ». En 2009, ce groupe composé de 5 paraplégiques et de 3 « valides » accède à la notoriété avec son disque « Très très fort ». La suite, nous la connaissons tous : le succès au Festival de Cannes, la tournée des clubs branchés, etc. Le rêve qui devient réalité.

Renaud Barret et Florent de La Tullaye ont suivi ces personnages hors du commun pendant plusieurs années, sans imaginer au départ que le succès musical serait au rendez-vous. Le résultat est un documentaire sans concession, frais et drôle à la fois. Un témoignage intime des espoirs que l’Europe donne à ses congolais : s’ils gagnent de l’argent en France et ailleurs, ils pourront subvenir aux besoins de leur famille. Optimiste la plupart du temps, le film montre aussi une certaine forme de naïveté due aux différences culturelles : ce décalage entre les modes de vie donne lieu à des scènes drôles et touchantes. Benda Bilili! est un documentaire rendu célèbre par les hasards de la vie. Ces musiciens ont cru en leur bonne étoile, et le rêve est devenu réalité. Une belle leçon d’optimisme qui rend joyeux même par temps gris.

Benda Bilili!, de Renaud Barret et Florent de La Tullaye, avec Cubain Kabeya, Paulin Kiara-Maigi, Roger Landu
France, Congo. Documentaire. 1h25
En salles le 8 septembre 2010

Infos pratiques

Critique D’amour et d’eau fraiche : où sont passées les années d’insouciance ?
Hindi Zahra en concert gratuit place de l’Odéon le 8 septembre
Geraldine Pioud

One thought on “Benda Bilili!, quand le talent se fiche des différences”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *