Cinema

Belleville Tokyo : à propos de la femme enceinte abandonnée

Belleville Tokyo : à propos de la femme enceinte abandonnée

28 mai 2011 | PAR Geraldine Pioud

Et voici une jeune réalisatrice qui aborde une problématique féminine : se faire larguer en pleine grossesse. Pas facile, c’est certain, mais le film ne tombe ni dans le misérabilisme ni dans la caricature. Et n’est pas dénué d’humour.

Synopsis : « Un couple se dirige vers un train en partance pour Venise. Sur le quai, Julien annonce à Marie qu’il part en rejoindre une autre et s’en va, la laissant seule à Paris, enceinte. Bouleversée, Marie se refuse à être victime de cette situation. Elle trouve du réconfort dans son travail auprès de ses deux « cow-boys » de patrons, Jean-Jacques et Jean-Loup, qui dirigent un cinéma du quartier latin spécialisé dans les films classiques américains… »

C’est en se rendant compte que les hommes s’étaient appropriés ce sujet qu’Élise Girard décida de s’en emparer. Beaucoup d’oeuvres sur le sujet ont en effet été réalisées par la gent masculine. La réalisatrice décide de raconter cette histoire particulière du point de vue de l’épouse abandonnée. Loin des schémas dépressifs ou culpabilisants, Belleville Tokyo apporte de la fraîcheur à un événement relativement tragique.

Parfois un peu trop universitaire dans sa construction, le premier film d’Élise Girard subit les défauts de la plupart des premiers films : une multitude de références cinématographiques (comment faire autrement quand les personnages évoluent dans cet univers?) et surtout cinéphiliques, une mise en scène sans surprise mais beaucoup d’humour dans la tonalité générale et des dialogues bien travaillés et intelligents. L’ensemble demeure fort agréable mais aurait gagné en audace si la réalisatrice était sorti de son propre univers.


BELLEVILLE TOKYO : BANDE-ANNONCE par baryla

Belleville Tokyo, d’Élise Girard, avec Valérie Donzelli, Jérémie Elkaïm, Philippe Nahon, Jean-Christophe Bouvet, Dominique Cabrera
France, 1h15, Drame
Au cinéma le 1er juin 2011

Infos pratiques

Le Festival des Nouveaux Cinémas du 17 au 26 juin 2011
Julien Daian quintet & DJ Borz : Jazz paradoxe
Geraldine Pioud

3 thoughts on “Belleville Tokyo : à propos de la femme enceinte abandonnée”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *