Cinema

Les Arcs, jour 3 : L’Autriche performante, la tradition Pakistanaise et une descente en luge dans la nuit

Les Arcs, jour 3 : L’Autriche performante, la tradition Pakistanaise et une descente en luge dans la nuit

19 décembre 2017 | PAR Yaël Hirsch

De la neige tombant en masse au cinéma autrichien d’aujourd’hui en passant par le Pakistan et une mythique descente en luge, cette dernière journée de Toute La Culture au  Festival de Cinéma Européen des Arcs ( jusqu’au 23 décembre)  a été riche en contrastes et en émotions…

Nuages à volonté et neige à foison ont ponctué la matinée. Nous nous sommes risqués sur les pistes quelques temps avec une température plus clémente, une neige épaisse délicieuse, presque personne à l’horizon mais très peu de visibilité.

A 14h00, alors que Noémie Lvovsky faisait une leçon de cinéma à Bourg-Saint-Maurice, nous sommes restés en « hauteur » pour un film autrichien de cette section de repérage du festival. La projection avait lieu au cinéma de l’hôtel du golf, nous faisant passer par le chaleureux village commerçant (et tout en hauteur) du Charvet. Quant au film, Life Guidance, de Ruth Mader, son esthétique léchée et son propos mordant nous ont séduit. Financier de talent, aux costumes et chemises bleutées impeccable, Alexander est heureux en ménage et père d’un garçon lui même éduqué et ambitieux. Mais le tonnerre frappe à la porte de sa parfaite maison d’architecte avec piscine et tableaux flamands aux murs quand un émissaire de Life Guidance vient évaluer son bonheur et le coucher. Alex essaie d’échapper à cette fusion mais Life Guidance a beau être un organisme privé, il ne peut pas refuser leur immixtion. Quitte à voir éclater sa jolie vie parfaite !

A 15h45, l’on pouvait revoir, à 1800 m, en salle Taillefer,  le film de la compétition primé par le prix Sisley: La Mauvaise réputation, de Iram Haq. Le film se concentre sur la jeune Nisha (Maria Mozhdah), 16 ans, vivant dans une famille pakistanaise en Norvège. Le jour où son père la surprend avec son petit ami dans sa chambre, sa vie bascule… Trajectoire de femme entre deux continents et en quête de libération de la tradition, La Mauvaise Réputation est un premier film qui propose un sujet à vif, mais qui manque encore parfois de cohérence (notamment psychologique au début). L’image est travaillée, les acteurs bien choisis et pourtant l’on imagine à chaque plan ce qui va se passer, sur des dialogues et des situations parfois un peu caricaturaux. Dans la même veine, nous avions été bien plus émus par Noces, de Stephan Streker.

Tandis que le film que Toute La Culture a participé à primer au Festival d’Arras, (Yaël Hirsch était membre du jury presse), Arrythmia de Boris Khlebnikov, suivait La Mauvais Réputation en salle Taillefer, nous avons trouvé un bus pour rentrer avant la fermeture des routes pour cause d’avalanche (déclenchées et maîtrisées, qu’on se rassure !).

Le temps de rentrer dans le village de 1950 en fête et nous avons été happés quasiment par hasard vers l’activité la plus ludique et la plus aventurière de ce festival : une descente en luge dans la nuit fraîchement tombée jusqu’à un refuge où le magazine Variety nous offrait du vin chaud. C’était à la fois beau, froid, un son et lumière encore accentué par la vitesse, la nuit, et le bruit des avalanches déclenchées pour préparer les pistes du lendemain. Et aussi un jeu de course, de fous rires et de retour en enfance. Le verre étant en extérieur, le vin chaud a été salué et bu avec respect avant de remonter vers Les Arcs 1950 pour une soirée tout aussi festive : une raclette au dîner et un verre aux Belles pintes avec de la musique live ont mis un joli point final – un peu nostalgique déjà – à notre séjour aux Arcs. Le Festival et sa compétition continuent jusqu’au 23 décembre avec l’ouverture, mardi 19 décembre, du sommet des distributeurs et des exploitants…

visuel : la descente en luge (c) YH

Miren Arzalluz nommée à la direction du Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris
Interview d’Annette Haudiquet, directrice du Musée d’Art Moderne André Malraux au Havre à l’occasion de « Comme une histoire… Le Havre »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *