Cinema
Angoulême 2021 : « Le Chemin du bonheur » de Nicolas Steil, décevant

Angoulême 2021 : « Le Chemin du bonheur » de Nicolas Steil, décevant

30 août 2021 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Sélectionné en compétition pour le Festival du film francophone d’Angoulême, Le Chemin du bonheur de Nicolas Steil met en scène Simon Abkarian et Pascale Arbillot sur fond de Seconde Guerre mondiale et de déclaration d’amour au cinéma. Une comédie qui se perd et rate l’effet de ses intentions. 

L’intrigue se déroule à Bruxelles dans les années 1980, Saül y tient un restaurant où il fait vivre sa passion pour la 7e art et ses souvenirs d’enfance. Petit, il a échappé à la Shoah, caché en Belgique alors que sa famille vivant à Vienne était déportée. Son histoire, il voudrait la raconter dans un film qu’il écrit avec un jeune chilien qui sert dans son restaurant et qui rêve de devenir réalisateur. Dans le même temps, ce charmeur à la bonne humeur communicative s’éprend d’Hannah, une projectionniste dans un cinéma de la ville et rescapée d’Auschwitz pour qui il va être douloureux de faire ressurgir ce passé. 

Simon Abkarian interprète Saül et offre à son personnage une personnalité plaisante et solaire, sauvant une dynamique finalement assez creuse. Entrecoupé de scènes de flashback qui dépeignent son enfance et la guerre, le film se veut autant historique que drôle, racontant une histoire d’amour mais aussi sur le cinéma, si bien qu’il égare son spectateur en aboutissant aucun des aspects.

Si traumatisme et guérison sont brièvement évoqués, la partie abordant l’épreuve de l’enfance cachée pour éviter les camps manque cruellement d’émotions et de profondeur. Le film oublie finalement ses intentions de départ, ne laissant que l’humour et un hommage au cinéma américain fait de répliques célèbres. Dommage car ce récit intime inspirée d’une histoire vraie, celle d’Henri Roanne-Rosenblatt dont le livre Le cinéma de Saül Birnbaum est à l’origine du scénario, était prometteur. 

 

Le Chemin du bonheur de Nicolas Steil, avec Simon Abkarian, Pascale Arbillot, Michel Vuillermoz, Django Schrevens. 1h50. Prochainement au cinéma. 

Festival du film francophone d’Angoulême du 24 au 29 août 2021. Plus d’informations ici.

Visuel © image du film 

Les Sorcières d’Akelarre de Pablo Agüero : Etre ou ne pas être sorcière…
La Mousson d’été 2021 accueille la modernité
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture