Cinema

Angèle et Tony, une belle histoire d’amour dans un port de pêche normand

20 décembre 2010 | PAR Olivia Leboyer

Avec Angèle et Tony, son premier film, Alix Delaporte (qui avait réalisé un documentaire sur Zinedine Zidane !) a remporté le Prix Michel d’Ornano. Une histoire d’amour, simple et touchante, dans un petit port de pêche normand. Une très jolie surprise. Sortie le 26 janvier 2011.

Angèle (Clotilde Hesme) sort de prison, où elle a désappris les petits gestes quotidiens, les sourires, la confiance. Elle n’ose pas même attendre son fils à la sortie des classes, incapable d’affronter son regard. Alors, pour tromper sa solitude, elle répond parfois à des petites annonces. Un beau jour, elle tombe sur Tony (Grégory Gadebois, de la Comédie Française, un acteur époustouflant), un marin rude et simple, qui s’étonne de voir une si jolie fille chercher l’âme sœur dans les journaux. Le premier rendez-vous est un échec. Mais Angèle, irrésistiblement attirée par la puissance et la bonté qui émanent de Tony, revient rôder sur le port…

Ce film quasiment naturaliste provoque chez le spectateur une vraie émotion. Pudiques, taiseux, Angèle et Tony tardent à reconnaître, puis à s’avouer, ce sentiment évident dont ils avaient oublié l’existence. Une histoire devient possible, entre deux êtres que la vie a blessés. Angèle est meurtrie par la prison et l’arrachement à son fils. Le père de Tony ayant disparu en mer, il remplit la dure charge de soutien de famille pour sa mère et son frère. Quel avenir peuvent-ils avoir ensemble ? A l’écran, le lien qui se forme entre eux apparaît avec la simplicité rayonnante d’un petit miracle. La scène où Tony apprend patiemment à Angèle à reconnaître les poissons est superbe. Les yeux verts (comme la mer !) de Clotilde Hesme et de Grégory Gadebois expriment à merveille toutes les nuances de l’amour, entre orgueil, peur d’être rejeté, sensualité, tendresse, complicité. Si l’attirance est immédiate, Angèle et Tony demeurent longtemps méfiants, empêchés, maladroits. Peu à peu, une relation de confiance se tisse. Porté par cette embellie, le film prend une dimension romanesque. Mais il s’agit, bien sûr, d’un romanesque très naturel, discret et pudique. Clotilde Hesme, belle et brusque, et Grégory Gadebois, à la présence aussi remarquable qu’un Gérard Depardieu, incarnent à la perfection ces deux âmes solitaires et fragiles.


Alix Delaporte trouve la juste distance pour observer ces gens de mer, sensibles et endurcis, humbles et obstinés (les scènes de manifestations). Sans prétention, Angèle et Tony conte une belle histoire d’amour, toute simple, à la manière d’un Grémillon ou d’un Marcel Carné. On sait que les histoires d’amour dans les ports de pêche, en général, sont tristes, condamnées par la fatalité (Une si jolie petite plage d’Yves Allégret, Remorques de Grémillon,et bien sûr Quai des brumes de Marcel Carné). Précisément, Angèle et Tony renouvelle le genre pour offrir un versant lumineux !


ANGÈLE ET TONY : BANDE-ANNONCE VOST
Uploaded by baryla. – Watch feature films and entire TV shows.

Angèle et Tony, de Alix Delaporte, France, 87 minutes, avec Clotilde Hesme, Grégory Gadebois, Evelyne Didi, Jérôme Huguet, Antoine Couleau. Sortie le 26 janvier 2011.

Finissage : performance de JoOne, mercredi 22 décembre chez Magda Danys
Le Big 4 et Slipknot : affiche impériale pour la 1ère édition française du Sonisphere Festival les 8 et 9 juillet 2011
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *