Cinema

Andrzej Wajda tourne son prochain film sur Lech Walesa

25 novembre 2011 | PAR Coline Crance

Le cinéaste polonais Andrzej Wajda, 85 ans, ( voir notre portrait) consacre son nouveau film à son ami Lech Walesa, personnalité déjà présente en personne dans le magnifique l’Homme de fer ( palme d’or à Cannes en 1981 ) , le chef historique de Solidarité et légende vivante du mouvement qui a contribué à l’effondrement il y a 20 ans du bloc soviétique.

Intitulé « Walesa », le film parlera du célèbre électricien des chantiers navals de Gdansk qui prend la tête des grandes grèves ouvrières de l’été 1980, dirige le syndicat Solidarnosc et se fait élire dix ans plus tard président d’une Pologne affranchie du communisme. « Ce sera le film le plus difficile de ma carrière », a confié à la presse à Varsovie Andrzej Wajda qui a souligné avoir déjà 55 ans de travail derrière une caméra. « Je ne veux pas, mais il le faut », a dit ironiquement le cinéaste polonais en reprenant une célèbre expression du chef de Solidarité, entrée dans le langage courant des Polonais. « La Pologne a donné un héros unique, celui qui a remporté une victoire réelle » sur le communisme et qui a permis à la Pologne de regagner l’indépendance et aux Polonais « de sortir vivants de cette oppression, alors que cela n’était pas évident », a souligné le cinéaste.

Le script du nouveau film a été rédigé par l’écrivain polonais Janusz Glowacki : « Je n’ai pas voulu dresser un monument ni édifier une chapelle. J’ai voulu montrer un homme fort, mais qui a aussi ses faiblesses ».

L’histoire commence en 1970 à Gdansk, lors d’une révolte ouvrière sévèrement réprimée par le régime communiste. Le jeune Walesa participe alors à des mouvements d’opposition. Mais c’est lors des grèves de 1980 qu’il joue le rôle décisif. »Le film se termine sur l’épisode le plus incroyable pour les Polonais: un homme qui est devenu le héros de nos temps, s’adresse aux membres du Congrès américain en prononçant en polonais les mots célèbres +My, Narod+ (Nous, le peuple) », a ajouté le cinéaste. Le film ne parlera pas de l’époque pendant laquelle Walesa fut président de la Pologne.

Welcome in Vienna, le chef d’oeuvre d’Axel Corti à nouveau à l’écran le 30 novembre
Il va y avoir du Dub au Centquatre
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *