A l'affiche
Agenda des sorties cinéma de la semaine du 01 juillet

Agenda des sorties cinéma de la semaine du 01 juillet

01 juillet 2020 | PAR Zeliechloe

De belles sorties aujourd’hui, du film d’auteur au thriller on va dans les salles noires cette semaine !

Lucky Strike 

Une demi-douzaine de personnages tournent autour d’un sac Louis Vuitton rempli de billets dans la ville portuaire de Pyeongtaek, à 70 km de Séoul. Ils sont presque tous affreux sales et méchants : la tenancière de bordel, le malfrat éviscérateur, le douanier, la mère abusive et même la femme battue prostituée et le technicien de surface dans un sauna. Et ils jouent leur vie, sans hésiter à mettre en danger, voire à achever celle des autres. Et surtout sans savoir exactement quels fils se nouent et se tordent au-dessus de leurs têtes… La critique complète ici

 

 

Les Parfums

Père divorcé, Guillaume Favre (Grégory Montel) est prêt à tout pour voir sa fille de dix ans (Zélie Rixhon) une semaine sur deux. Chauffeur, il envoyé en mission par son patron (Gustave Kervern) auprès de la difficile Anne Wallberg (Emmanuelle Devos). Nez d’exception, celle qui continue à se faire appeler « Mademoiselle » et ne sait pas dire « merci » parcourt les routes de France pour masquer, améliorer ou reconstituer des odeurs. Ici pour la critique. 

 

Brooklyn secret

Olivia (Isabel Sandoval) vit seule à Brooklyn chez une vieille dame juive qui perd la tête et pour laquelle elle travaille.  Immigrée philippine clandestine, elle cherche à payer un homme pour l’épouser et avoir des papiers. Lorsque le petit-fils prodigue (Eamon Farren) de la vieille dame est posté par sa famille dans l’appartement pour avoir un toit et se responsabiliser, la cohabitation entre l’auxiliaire de vie et le voyou repenti fait des étincelles… Dans un New-York peu connu : peu peuplé et quasiment provincial, Isabel Sandoval parvient à mêler deux thèmes forts et graves : l’immigration clandestine et la trans-identité. Avec une délicatesse infinie elle incarne et filme à la fois une femme forte, une femme droite, soumise à bien des pressions et qu’on se réjouit de voir se laisser aller à l’amour. Notre critique complete ici et pour l’interview de Isabel Sandoval, la réalisatrice. 

 

 

Le Colocataire 

Devant au plus vite trouver un colocataire après le départ de son frère, Juan invite Gabriel, son collègue charmant et taciturne, à emménager. Peu à peu, les regards dépassent la curiosité pour devenir plus insistant. Dans ce film aux détails délicats, attentionné aux petites choses, se dessine un désir naissant et contrarié entre deux hommes. Contrarié pour la simple raison que l’univers dans lequel il évolue apparaît comme machiste, fait de soirées football et de conversations graveleuses sur le canapé. Pourtant, l’effleurement des regards amène doucement l’effleurement des corps. Avec Le colocataire, Marco Berger signe un long-métrage subtile où se lisent autant les difficultés de l’homosexualité dans le monde ouvrier argentin que l’universalité du désir. La critique ici

 

Visuel:© Affiche du film Lucky Strike 

L’agenda classique et lyrique de la semaine du 30 juin
10×2 places à gagner pour « Tout Simplement Noir »
Zeliechloe

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *