Cinema

A l’aveugle : le face à face de Lambert Wilson et Jacques Gamblin disponible en dvd

A l’aveugle : le face à face de Lambert Wilson et Jacques Gamblin disponible en dvd

22 juillet 2012 | PAR Yaël Hirsch

Sorti le 7 mars dernier en salles, « A l’aveugle », sur une idée de Luc Besson et réalisé par le jeune et talentueux Xavier Palud (sans David Moreau) est un thriller à la française reposant sur le charisme de ses deux excellents acteurs. Disponible en dvd depuis le 18 juillet.

Le commandant Lassalle (Jaques Gamblin) doit enquêter sur le meurtre et le dépeçage d’une jeune-femme. Détruit par la mort de sa femme, ce dernier ne se réalise que dans son métier. Mais personne ne le prend vraiment au sérieux quand il met en relation ce premier homicide avec l’explosion spectaculaire de la voiture de luxe entraînant le décès d’un milliardaire russe. Pour Lassale, c’est un type élégant et aveugle, accordeur de pianos nommé Narwik (Lambert Wilson) qui a tué les deux morts des deux enquêtes que le 36, quai des Orfèvres a sur les bras. Mais quel est le mobile?

Sur un scénario aussi noir que politique signé Eric Besnard (Le Convoyeur, 2004), Gamblin et Wilson se donnent la réplique avec grandeur. La mise en scène méandreuse dans un Paris de ruelles pluvieuses et de squats inquiétants s’ancre avec talent dans la lignée du thriller français luxueux à la « Rivières Pourpres ». Et même si les dialogues sont parfois un peu bancals et que les ficelles de l’intrigue afghane sont un peu grosses, on s’en donne à cœur joie de voir les comédiens évoluer avec autant de plaisir dans un monde de vendetta et de chassés-croisés délicieux.

A l’aveugle, de Xavier Palud , avec Lambert Wilson, Jacques Gamblin, Raphaëlle Agogue, France 2011, 1h30, DVD, 19. 99 euros, Blu-Ray, 24,99 euros. Sortie le 18 juillet 2012.

Bonus : Le face à face Wilson/Gamblin – La préparation au travail d’aveugle – Créer un polar – La séquence du squat – Les personnages secondaires – Le dresseur du chien.

Critique, Jane Eyre (2011): Michael Fassbender sauve à peine de l’ennui un remake manquant de passion
Les Fidélités successives, Nicolas d’Estienne d’Orves livre une fresque passionnante sur un jeune collabo
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *