A l'affiche
Tops cinéma 2015. Notre sélection des meilleurs films américains de l’année

Tops cinéma 2015. Notre sélection des meilleurs films américains de l’année

15 décembre 2015 | PAR Gilles Herail

Le cinéma américain, d’Hollywood à Sundance, de la comédie indépendante au blockbuster, n’a pas autant brillé en 2015 que lors des années précédentes. Les chroniqueurs ciné de Toutelaculture vous proposent malgré tout leurs films en langue anglaise préférés de l’année (en s’autorisant quelques films britanniques!).  

Gilles

Vice Versa. Pixar retrouve son esprit avant-gardiste avec un film animé passionnant, tant sur la forme que sur le fond. Un pur plaisir de mise en scène au sein d’un univers visuel dune richesse inégalée. Servant brillamment un scénario bouleversant qui évoque avec finesse le moment charnière du passage à l’âge adulte et la nécessité d’apprivoiser sa mélancolie.

Dear white people. Une comédie satirique lettrée et référencée qui questionne la persistance des rapports raciaux dans l’Amérique d’Obama. Incisif et clairvoyant.

American Sniper. Un Clint Eastwood magistral et impeccablement réalisé, revendiquant ses ambiguïtés morales et politiques.

Kingsman (film britannique). La comédie de l’année mêlant brillamment le pastiche de film d’espionnage à un humour British décapant. Follement inventif et hilarant de bout en bout.

The Program (film britannique). Stephen Frears nous livre une satire implacable de l’arnaque Lance Amstrong. Méchant et glaçant.

Yael

Dope. Geek, californien, énergique et posant les questions qui fâchent Dope est un des coups de cœurs de Sundance, de la Quinzaine des réalisateurs, de Deauville et de la rédaction pour cette année 2015.

While we’re young. Noah Baumbach excelle à peindre un couple de quadra qui veut rester jeune éternellement dans son précieux New-York. Une comédie magnifique portée par le couple Stiller/Watts.

Queen of Earth. Avec Elizabeth Moss, Alex Ross Perry a trouvé sa muse. Lancinant, Queen of earth dépeint la dépression comme jamais au cinéma depuis Cassavetes.

Olivia

While we’re young bis. Un très beau film de Noah Baumbach: qu’attend-on de son métier/art et de son couple? Entre emballements adolescents et mélancolie, Ben Stiller est, comme toujours, merveilleux.

Knight of cups de Terrence Malik. Comment ça, vous n’êtes pas d’accord?

Dope de Rick Fumiyaka bis. Parce que ce petit film roublard vous donne vraiment la pêche et vous fait réfléchir sur les failles du système éducatif.

Des échos déco
« Golgota Picnic » enfin lavé des accusations de « christianophobie »
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *