A l'affiche
« The Last girl », le film de zombie malin qui fait du bien

« The Last girl », le film de zombie malin qui fait du bien

29 juin 2017 | PAR Yaël Hirsch

Avec Gemma Aterton et Glenn Close à son générique, l’adaptation par l’auteur britannique Mike Carey (au scénario) de son roman donne un film de zombie léché et prenant. Avec en bonus une véritable révélation dans le rôle de « the last girl », Sennia Nanua.
[rating=4]

Dans la province anglaise une école très spéciale ressemble à une prison pour enfants… L’horreur de voir ces petits bridés et violentés. Mais l’on comprend bien vite que les gamins bâillonnés et menottés qui suivent les cours de Madame Justineau (toujours romantique Gemma Aterton) sont en fait… de dangereux zombies. Changement de perspective, le méchant n’est pas celui que l’on croit. Sauf qu’il y a Mélanie (Sennia Nanua), une zombie qui se déteste d’être affamée de sang et qui a un grand attachement pour sa prof. Un bouleversement met Mélanie, Madame Justineau, le sergent Parks (Paddy Considine, génial!) et le docteur Caldwell (Glenn Close) sur les routes de l’Angleterre. Une équipée de survivants qui ont fait alliance nous guide au milieu de l’apocalypse…

Avec des images sublimes et, à temps poétiques, des acteurs tous exceptionnels et un sens du rythme et des renversements de perspective assez malin, The last girl on earth suit avec assez de respect les règles d’or du film de zombie (scènes de dévoration gores, suspense, combats) pour se permettre d’apporter une pointe d’originalité et de réflexion à une grande fresque. Avec son ironie british, le film est parfaitement cathartique. On jubile et l’on se prend d’amour pour la petite Mélanie, alias Sennia Nanua, dont on entendra certainement beaucoup parler dans les prochaines années…

The last girl, de Colm McCarthy, d’après le roman de Mike Carey, avec Gemma Arterton, Glenn Close, Paddy Considine et Sennia Nanua, UK, 2017, 1h52, La belle Company, sortie le 28 juin 2017.
visuel : affiche du film.

Les meilleurs cafés de Paris : Broyer du noir en toute bonne conscience
Maif Social Club, « Sportmania »: entre culture et sport
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *