A l'affiche
« The Gogo Boys », retour sur l’épopée cinématographique du tandem Golam-Globus

« The Gogo Boys », retour sur l’épopée cinématographique du tandem Golam-Globus

27 septembre 2014 | PAR Yaël Hirsch

La jeune et talentueuse réalisatrice israélienne Hilla Medalia revient à travers un énergique documentaire sur l’aventure extraordinaire des cinéastes et producteurs Menahem Golan et Yoram Globus, deux étrangers arrivés à Los Angeles pour fonder la société Cannon films qui produira plus de 300 films de la fin des années 1960 à celle des années 1980.

[rating=3]

Nés en Palestine et se considérant comme européens, les deux cousins Menahem Golan et Yoram Globus s’unissent et font quelques succès en Israël. Très vite ils décident de prendre d’assaut Hollywood. Leur formule est simple et efficace : des films au scénario léger, avec un peu de baston, des belles pépées et pourquoi pas une tête d’affiche (Chuck Norris, Sylvester Stallone, Charles Bronson…). Ne dépassant jamais le million de budget et sentant les tendances, ils ne lésinent pas sur le marketing et vendent leurs productions à l’international avant même qu’elles aient été montées, notamment au marché du film, à Cannes.

Forts de leur succès et faisant le pied de nez aux critiques qui leur offrent toujours la triste plume, les deux cousins achètent aussi des réseaux de distribution et des salles en Europe. Ils emmènent John Voigt à l’academy award avec Runaway Train (1985), puis ils commencent à vouloir se payer de grands noms (Godard, Zeffirelli, Cassavetes). Ce sont quelques films à grand budget sans succès (Superman 4) et les changements du mode de financement du cinéma qui les mènent vers des difficultés, des hauts (Globus président de la MGM), des bas et surtout une séparation douloureuse de 20 ans…

Classique mais efficace, sanglé par les témoignages des deux principaux intéressés, The Gogo boys (titre de noblesse que  Newsweek a alloué au tandem) revient sur l’histoire incroyable d’une union de talents bâtisseuse d’empire. Si le film est parfois trop focalisé pour laisser parler les zones d’ombres et les rendez-vous ratés, la narration chronologique, les langues multiples parlées et le rythme des entretiens rondement menés en font un excellent guide dans la vie de deux vrais hommes de cinéma.

The gogo boys, de Hilla Medalia, Israël, 1h30. Paradis Films. Sortie le 22 octobre 2014.

visuels : affiche et photos officielles du film

Playlist de la semaine (84)
Perles d’Opale d’Hélène Rollinde de Beaumont
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture