A l'affiche
Sorties cinéma de la semaine du 25 juin

Sorties cinéma de la semaine du 25 juin

25 juin 2014 | PAR Alexander Mora-Mir

Une semaine cinéma une nouvelle fois très diverse, qui vous promet de petites perles comme Aux Mains des Hommes, un film grandiose.

Transcendance

Le nouveau film avec Johnny Depp, réalisé par Wally Pfister. Il est le directeur de la photographie de nombreux chefs d’œuvre de Christopher Nolan et promet dans son premier film un scénario farfelu, bourré d’effets spéciaux.
Dans un futur proche, un groupe de scientifiques tente de concevoir le premier ordinateur doté d’une conscience et capable de réfléchir de manière autonome. Ils doivent faire face aux attaques de terroristes anti-technologies qui voient dans ce projet une menace pour l’espèce humaine. Lorsque le scientifique à la tête du projet est assassiné, sa femme se sert de l’avancée de ses travaux pour « transcender » l’esprit de son mari dans le premier super ordinateur de l’histoire. Pouvant désormais contrôler tous les réseaux liés à internet, il devient ainsi quasi omnipotent. Mais comment l’arrêter s’il perdait ce qui lui reste d’humanité ?

On a failli être amies

Anne le Ny s’entoure d’un trio intéressant Karin Viard, Emmanuelle Devos et Roschdy Zem pour son quatrième long-métrage en cinq ans. Il est plaisant de voir Roschdy dans un film où il ne joue pas un flic !
TLC a vu ce film pour vous, cliquez-ici pour la critique.

L’Ex de ma vie 

Dorothée Sebbagh réalise l’Ex de ma vie. Une comédie d’une extrême légèreté, avec Geraldine Nakache, Kim Rossi Stuart, Pascal Demolon.
Ariane, une jeune violoniste française, accepte la demande en mariage enflammée de Christen, un irrésistible chef d’orchestre. Seul hic : elle est encore un tout petit peu… mariée ! Séparée depuis deux ans de Nino, un instituteur italien au caractère bien trempé, elle parvient à le convaincre de la suivre à Paris pour divorcer en 8 jours chrono. Mais leur voyage à deux dans la ville de l’amour s’annonce beaucoup plus mouvementé que prévu…

Le conte de la princesse Kaguya

Isao takahata signe une oeuvre magnifique entièrement dessinée, visuellement transcendante.
Adapté d’un conte populaire japonais « Le couper de bambou », un des textes fondateurs de la littérature japonaise, Kaguya, « la princesse lumineuse », est découverte dans la tige d’un bambou par des paysans. Elle devient très vite une magnifique jeune femme que les plus grands princes convoitent : ceux-ci vont devoir relever d’impossibles défis dans l’espoir d’obtenir sa main. TLC l’a vu pour vous, la critique est ici.

Le procès de Viviane Amsalem

Viviane Amsalem demande le divorce depuis trois ans, et son mari, Elisha, le lui refuse.
Or en Israël, seuls les Rabbins peuvent prononcer un mariage et sa dissolution, qui n’est elle-même possible qu’avec le plein consentement du mari.
Sa froide obstination, la détermination de Viviane de lutter pour sa liberté, et le rôle ambigu des juges dessinent les contours d’une procédure où le tragique le dispute à l’absurde, où l’on juge de tout, sauf de la requête initiale. Un drame judiciaire proche du huis clos qui vous tiendra en haleine jusqu’au bout. TLC a vu ce film pour vous, cliquez-ici pour la critique.

Zero Theorem

Terry Giliam réalise ici une oeuvre totalement fictive à Londres, dans un avenir proche. Les avancées technologiques ont placé le monde sous la surveillance d’une autorité invisible et toute-puissante : Management. Qohen Leth, génie de l’informatique, vit en reclus dans une chapelle abandonnée où il attend désespérément l’appel téléphonique qui lui apportera les réponses à toutes les questions qu’il se pose. Management le fait travailler sur un projet secret visant à décrypter le but de l’Existence – ou son absence de finalité – une bonne fois pour toutes. La solitude de Qohen est interrompue par les visites des émissaires de Management : Bob, le fils prodige de Management et Bainsley, une jeune femme mystérieuse qui tente de le séduire. Malgré toute sa science, ce n’est que lorsqu’il aura éprouvé la force du sentiment amoureux et du désir que Qohen pourra enfin comprendre le sens de la vie… Un Christoph Waltz transformé, aux côtés de David Thewlis et Mélanie Thierry vous projetteront dans un univers sombre et futuriste.

Under the Skin

Réalisé par Jonathan Glazer, signe une oeuvre, avec comme rôle principal Scarlett Johansson. Sombre, érotique, intelligent, dramatique, c’est l’ambiance qui émane de ce film. Un synopsis simple : Une extraterrestre arrive sur Terre pour séduire des hommes avant de les faire disparaître.

Aux Mains des Hommes

Coup de coeur de TLC, ce premier film de Katrin Gebbe est un chef d’oeuvre. Cliquez-ici pour la critique.
Julius Feldmeier interprète fabuleusement Tore, un jeune, à la recherche d’une nouvelle vie au sein d’un groupe religieux, des punks chrétiens appelés les « Jesus Freaks ». Dans une situation anodine, Tore rencontre Benno, un homme bienveillant, qui l’intègre rapidement en tant que membre de sa famille. La foi de Tore sera mise à rude épreuve lorsqu’il se retrouve piégé au sein d’un être bien plus maléfique qu’il n’y paraissait. Julius est la symbiose d’une naïveté intellectuelle brillamment jouée qui rend l’interprétation si crédible.

Je ne suis pas lui

Un drame turc de Tayfun Pirselimoglu. Nihat, aide-cuisinier d’âge mur, a une vie sociale aussi routinière que sa vie professionnelle. Les virées nocturnes avec ses collègues le tirent à peine de sa torpeur de vieux garçon casanier. Pourtant tout le monde l’assure qu’une collègue dont le mari croupit en prison lui fait les yeux doux. Touchant et doit bien valoir son pesant de cacahuètes.

Le Coeur battant

C’est une oeuvre originale de Roberto Minervini, voici le synopsis : Sara est une jeune fille qui grandit dans une famille d’éleveurs de chèvres. Ses parents scolarisent leurs douze enfants à domicile et leur enseignent les préceptes strictes de la Bible. Sara doit, comme ses soeurs, apprendre à être une femme pieuse, au service des hommes, et conserver sa pureté émotionnelle et physique intactes jusqu’au mariage. Lorsqu’elle rencontre Colby, un jeune rodéo amateur, elle remet en question le seul mode de vie qu’elle ait jamais connu.

Noir Désir célébré à la Bellevilloise ce week-end pour le Livre Unplugged
La correspondance d’Albert Camus (1936-1952) vendue à 91.500 euros
Alexander Mora-Mir

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *