A l'affiche
Sarlat: « Compagnons » Agnès Jaoui dans un film vibrant d’humanisme

Sarlat: « Compagnons » Agnès Jaoui dans un film vibrant d’humanisme

13 novembre 2021 | PAR Olivia Leboyer
les compagnons

Regrettons l’absence au palmarès du très beau film de François Favrat, sur la voie de l’apprentissage chez les Compagnons. Revigorant, le parcours dur et chaotique de Naëlle nous met les larmes aux yeux.

« Et voilà, les bons sentiments ont trouvé leur limite » lance à un moment le « père » des compagnons à Hélène (Agnès Jaoui), qui a tenté, une fois encore, d’insérer une jeune en grand désarroi dans l’école de l’excellence.

Le film, lui, place les limites au bon endroit, évitant les écueils des « bons sentiments ». Cernée par la violence de sa cité, Naëlle (Najaa Bensaïd) laisserait s’éteindre ses potentialités, heureusement repérées par son éducatrice spécialisée. Au lieu de gratter des murs, elle fera donc une période d’essai chez les Compagnons de Nantes, avant de faire complètement partie de la communauté.

Farouche, émotive, la jeune fille n’en revient pas qu’on donne une chance à quelqu’un comme elle, habituée à être rejetée et méprisée. Un regard condescendant la mine, un compliment ou une marque de confiance la reboostent. Elle se met alors à développer des dons certains. Passionnée de street art, son coup de crayon lui sert dans l’apprentissage du travail sur le verre.

François Favrat filme avec attention le métier des maîtres verriers, dans ses moindres détails. Les rites, les chants, les professions de foi émaillent le film comme autant de bulles protectrices. Les compagnons transmettent un savoir-faire, mais aussi un savoir-être, une éthique à respecter. Pio Marmaï jouait le prof de lettres dans L’événement d’Audrey Diwan, ici il est le maître verrier et nous enchante toujours autant. Agnès Jaoui, comme à chaque fois, nous touche droit au coeur avec son regard profond et engagé. Révélation du film, Najaa Bensaïd possède une grâce fauve, un regard d’or, et une réelle énergie.

Un très beau film sur la voie de l’apprentissage, qui peut aussi être une voie d’excellence pour la jeunesse. « Les mains aussi sont intelligentes« , comme le dit Agnès Jaoui.

Compagnons, de François Favrat, France, 1h50, avec Najaa Bensaïd, Agnès Jaoui, Pio Marmaï. Sortie le 9 mars 2022.

Festival de Sarlat: la Salamandre pour « Adieu Monsieur Haffmann » et le palmarès
Desplechin au Arras film festival : « J’ai besoin que le public m’enseigne ce que j’ai fait »
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture