A l'affiche
« Quand vient la nuit », Tom Hardy et Matthias Schoenaerts jouent aux durs dans un film entre chien et loup

« Quand vient la nuit », Tom Hardy et Matthias Schoenaerts jouent aux durs dans un film entre chien et loup

13 novembre 2014 | PAR Yaël Hirsch

Cette semaine la France découvre la traversée de l’Atlantique de Michael R. Roskam, maître réalisateur flamand que l’Europe a découvert avec émotion par Runsdkop (Bullhead). Dans son nouveau film au casting 5 étoiles, Quand vient la nuit, il emporte vers la côte est sombre des romans de Dennis Lehane (Mystic River) le magnifique Matthias Schoenaerts. Pour un résultat entre chien et loup… Sortie le 12 novembre 2014.

[rating=3]

Barman assez solitaire, Bob Saginowski (Hardy, toujours aussi sexy) fait les quatre volontés de son patron (James Gandolfini) qui bidouille un peu avec la mafia locale de Brooklyn et se garde bien de toute interaction amicale ou amoureuse. Sa vie semble en stand-by lorsqu’il trouve une nuit un chien dans une poubelle. Il sonne à la porte de la propriétaire de la poubelle (Naomi Rapace, dans le rôle féminin passif inexpressif classique des films noirs sans relief) qui lui dit que ce n’est pas son affaire et d’adopter le chien. A la fois attendri et pris au dépourvu, Bob demande quelques conseils à la jolie femme qui s’adoucit et commence à dogsitter un peu pour lui. Tandis que son patron risque gros, un soir de pari de Superbowl, Bob est harcelé par un type baraqué et un peu fou qui lui assure que le chien lui appartient (Matthias Schoenaerts, parfait)…

A travers les muscles bien dessinés par la grisaille esthétique des rues pavillonnées du film, une atmosphère se pose là. Elle existe, plus esthétisante que moite, plus frêle que sale et semble copiée- collée du début des années 2000 (Mystic River, mais aussi 24 heures avant la nuit). Alors que le scénario approximatif et les psychologies à la serpe des personnages, ne permettent pas vraiment de s’émouvoir, on apprécie le jeu impeccable du trio de tête et on se lave les mirettes à leur sex-appeal, à défaut de pouvoir retrouver dans cette oeuvre trop elliptique pour être achevée, le coup de poing violent qui avait percuté nos tripes et notre amour du cinéma en voyant Bullhead. On attend le prochain Roskam avec impatience, en espérant que l’heure du pastiche sera passée et le réalisateur aura à nouveau des choses urgentes à faire passer – avec Schoenaerts- dans ses films.

« Quand vient la nuit » de Michael R. Roskam, avec Naomi Rapace, James Gandolfini, Tom Hardy et Matthias Schoenaerts, d’après Anumal Rescue de Dennis Lehane, USA, 107 min; fox searchlight, sortie le 12 novembre 2014.

visuels : photos officielles du film.

A Belfort, le festival Entrevues « donne leur chance à des inconnus »
[Live report] Moodoïd et Damon Albarn au Festival des Inrocks
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture