A l'affiche
« Petite leçon d’amour », le road movie tendre d’Eve Deboise

« Petite leçon d’amour », le road movie tendre d’Eve Deboise

03 mai 2022 | PAR Yaël Hirsch

Dix ans après Paradis Perdu, Eve Deboise est de retour avec une comédie romantique douce-amère qui permet de suivre le couple théâtral formé par Pierre Deladonchamps et Laetitia Dosch dans un Paris résolument rétro. Un bonbon acidulé et plein de tendresse.

Deux demi-clandestins à Paris 

Dans une automobile, un professeur dépressif et une promeneuse de chiens potentiellement enceinte traversent Paris dans tous les sens pour sauver une adolescente du suicide. Elle a à peine de quoi payer un test de grossesse, il vit dans sa voiture et boit mais est un papa au cœur d’artichaut ; ils vont se rencontrer autour d’une dissertation-confession et de la perte d’un chien de haut pédigrée… Une déambulation à bout de souffle, qui va jusqu’à nous sortir de Paris pour nous faire visiter la ville sans dessus-dessous et révéler les errances de deux personnages d’autant plus perdus qu’ils jouent avec leur identité… 

Le vintage comme formule magique pour une comédie douce-amère

Génialement campés par Pierre Deladonchamps et Laetitia Dosch : lui prof au bout de rouleau accusé de maltraiter un étudiant, elle ancien mannequin lingerie reconvertie dans le dogsitting, les personnages loufoques de Petite leçon d’amour sont rétros dans leur mise (et c’est plutôt beau) et très théâtraux dans cette comédie qui respecte l’unité de lieu (Paris et alentours), de temps (tout est condensé dans un road-movie circulaire qui fait office de fuite en avant) mais surtout pas d’action… Mille choses divertissent ce couple qui n’est pas sans faire penser à Gene Kelly et Leslie Caron dans Un Américain à Paris ou plus récemment aux personnages de Noah Baumbach dans les lieux de New-York. Au fil du voyage, les personnages gagnent en épaisseur et sortent de leur rôles pour dévoiler des blessures qui n’obscurcissent jamais leur fraîcheur, ni leur élégance. 

Petite leçon d’amour, d’Eve Deboise, avec Pierre Deladonchamps et Laetitia Dosch, France, 2021, 87 minutes. Au cinéma le 04/05/2022

visuel (c) affiche / KMBO

 

Le chorégraphe Jan Fabre condamné par la justice à 18 mois de prison avec sursis
Hôtel du temps et la vallée de l’étrange
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture