A l'affiche
« Nobody’s Watching » au Festival Biarritz Amérique Latine !

« Nobody’s Watching » au Festival Biarritz Amérique Latine !

02 octobre 2020 | PAR Jules Bois

Toute La Culture est au Festival Biarritz Amérique Latine ! Cette année, hors compétition, un focus sur l’immigration latino-américaine aux USA attise notre curiosité. Direction l’une des trois salles de projection donc, pour aller voir Nobody’s Watching, un film de Julia Somonoloff achevé en 2017, sur le quotidien d’un acteur argentin et immigré clandestin à la recherche d’un rôle à New York.

Le film met en scène « Nico », un acteur célèbre en Argentine pour son rôle dans une télénovelas à succès, qui tente sa chance à New York. Nous le découvrons dans un parc en train de changer laborieusement les couches d’un bébé dont on devine qu’il en est le baby-sitter. Car sa carrière d’acteur ne décolle pas. Il est dans l’attente d’un film qui ne verra pas le jour, et sait son séjour conditionné par l’obtention d’un contrat pour un rôle et surtout d’un revenu pour les frais d’avocat afin de régulariser sa situation.

Nobody’s Watching entend donner un autre visage à l’immigration latino-américaine, en présentant celui de la classe moyenne qui, sans être dans l’enfer de la rue, vit de peu et reste invisible. Nous suivons donc notre acteur argentin dans son quotidien fait de galères, de difficultés à composer avec son déclassement social en plus de la dépendance qui s’installe irrémédiablement entre ceux qui l’hébergent et lui. Le film s’applique à raconter son histoire, ses contradictions, ses démons et son identité d’immigré, devant concilier l’impossible, à savoir rester invisible pour échapper aux services d’immigration tout en se mettant suffisamment en avant pour décrocher un rôle.

Une toile de fond édulcorée

Cependant, un problème vient trop vite se poser. Nobody’s Watching ne parvient pas à être une sortie au vitriol contre une politique anti-immigration américaine. En définitive, le film raconte l’histoire d’un échec, celui d’un acteur déchu qui pensait trouver à New York le tremplin de son existence et se heurte à la froide industrie du cinéma américain, brisant au passage ses rêves et ses espoirs.

Tous les obstacles auxquels se heurte le protagoniste, incarné par Guillermo Pfening, sont relativisés par sa possibilité de rentrer en Argentine et y vivre en vraie star. De fait, toutes les difficultés qu’il puisse rencontrer à New York deviennent triviales, jamais tragiques. L’impossible existence d’un immigré clandestin aux États-Unis devient la toile de fond d’une histoire qui, parce qu’elle concilie trop de facettes de la vie de son personnage, perd de son envergure et édulcore son propos.

Visuel : affiche du film.

La Rough Wave de Structures
« A media voz » au Festival Biarritz Amérique Latine : s’exprimer par l’intimité
Jules Bois

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *