A l'affiche

Ma mère est folle, une comédie tendre où rayonne Fanny Ardant

Ma mère est folle, une comédie tendre où rayonne Fanny Ardant

08 décembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Comédie française de cette fin d’année 2018, Ma mère est folle est un film aussi flamboyant que son affiche rouge. Une oeuvre tendre, signée Diane Kurys, où Fanny Ardant irradie et où l’on découvre Vianney en jeune premier débordé par sa maman… En salles.
[rating=4]

Véritable boule d’énergie, Nina a « vécu comme un oiseau sur la branche » comme le déclare poétiquement l’huissier qui vient lister ses meubles et la menacer d’expulsion de sa grande maison. Touche à tout, mythomane, l’impétueuse artiste se lance -avec un petit réfugié muet à son bras -dans une expédition hors-la-loi aux Pays-Bas pour sauver sa belle maison à coup de deal de shit. Sur la route, elle fait quand même un stop chez son fils, un architecte discret marié à une néerlandaise généreuse et parti vivre en Hollande pour survivre à la tornade maternelle. Les retrouvailles sont en même temps : disputes, règlements de comptes et nuages de tendresse…

Toujours aussi étonnante en blonde énergique depuis Les Beaux Jours (Lire notre article), Fanny Ardant ravira ses fans dans ce personnage aussi réjouissant que connu de tous : la mère qui prend trop de place. Un peu road movie, un peu film à texte et beaucoup porté par son duo de coeur (bravo à Vianney) et ses improbables personnages secondaires (notamment Patrick Chesnais, impérial!), le film est une saillie de joie de vivre simple et familiale. Diane Kurys, qui nous avait fait pleurer avec Pour une femme (2013, lire notre article) et enchanté avec l’inaugural Diabolo menthe (1977) sait ici se montrer légère, sans aucune ombre et pour notre plus grande joie. A voir en famille bien sur!

Ma mère est folle, de Diane Kurys, avec: Fanny Ardant, Vianney, Patrick Chesnais, Arielle Dombasle, Jules Rotenberg, Quentin Minon, France, 2018, 1h35, Rezo films. Sortie le 5 décembre 2018.
visuel : affiche du film.

Elena Serra, la voix du pantomime
Fendre l’air: l’art du bambou au Japon présenté au musée du Quai Branly
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *