A l'affiche
« L’Ordre moral » : Maria de Medeiros brillante en amoureuse Belle Epoque

« L’Ordre moral » : Maria de Medeiros brillante en amoureuse Belle Epoque

28 septembre 2020 | PAR Yaël Hirsch

Ce mercredi 30 septembre, nous sommes très heureux de retrouver sur grand écran Maria de Medeiros, incarnant une femme portugaise et bourgeoise en lutte contre l’ordre moral de son temps. Des belles images pour figurer l’amour libre. 

1918, alors qu’à Lisbonne la grippe espagnole fait rage, la riche et brillante Maria Adelaide Coelho da Cunha (Maria de Medeiros, flamboyante et quasiment objet de tout le film) vit très mal l’approche de la ménopause et ses mèches de cheveux blancs. Fantasque et artiste, elle crée des pièces de théâtre et laisse son mari infidèle gérer des affaires, une fortune et un journal, le Diario de Noticias, qui lui appartiennent. Lorsqu’elle tombe sur son ancien chauffeur, Manuel, qui a la moitié de son âge, elle s’offre la liberté de tomber amoureuse. Mais le Lisbonne d’après la guerre, particulièrement celui de son milieu, n’est pas prêt pour une telle déclaration de liberté.

Dans les photos très travaillées, les costumes ajustés et la lumière sculptée de Mario Barroso, Maria de Medeiros irradie dans un histoire vraie qui résonne beaucoup avec nos réflexions sur les violences faites aux femmes. Avec une série d’acteurs beaux et charismatiques (Albano Jeronimo, Julia Pahla) et un jeu assez fin sur le lien entre théâtre, films et vie, cette fresque très amoureuse nous plonge dans un Portugal qui encore des côtes Belle-Epoque malgré la guerre qui a eu lieu. La vie politique passe en filigrane de ce combat d’une femme pour vivre librement. Un film qui  joue avec le rétro et qui séduit par la beauté de ses images.

L’Ordre moral, de Ma?rio Barroso, avec Maria de Medeiros, Marcello Urgeghe, Joa?o Pedro Mamede, 2019, Portugal, 1h41, sortie française le 30/09/2021.

visuel : affiche du film / Alfama Films 

Jeu-concours : 5×2 places à gagner pour le parcours culturel « Vision Impressionniste » au Château d’Auvers
Entretien : Pierre Ducrozet et la littérature comme « éthique du présent ». Tour de piste d’un territoire romanesque.
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *