A l'affiche

« Le Photographe », de Ritesh Batra : plongée dans un amour impossible, à Mumbai

« Le Photographe », de Ritesh Batra : plongée dans un amour impossible, à Mumbai

22 janvier 2020 | PAR Yaël Hirsch

Après le succès mondial de The Lunchbox (2013, qui a frisé les 500 000 entrée en France), le cinéaste indien Ritesh Batra retrouve son acteur au regard vert d’eau, Nawazuddin Siddiqui, pour nous proposer une autre plongée à la fois romantique et sociale dans le Mumbai d’aujourd’hui. Le photographe est un film pittoresque, terriblement romantique et aussi impitoyable sur ce qui se fait ou pas, aujourd’hui dans son pays. 

Rafi vient d’un village du Nord du pays et travaille comme photographe pour les touristes à la Porte de l’Inde, à Mumbai, afin d’éponger les dettes de son père et racheter la maison familiale, au village, pour son énergique grand-mère. Un jour, il y rencontre une muse, Miloni, issue de la classe moyenne supérieure, qui est promise à un bel avenir avec un diplôme d’expert-comptable et un fiancée formé aux Etats-Unis en vue. La rencontre est troublante, la photo réussie et Miloni accepte de jouer le rôle de la fiancée pour rassurer la grand-mère de Rafi, qui se désespère de voir son cher petit faire sa vie. Commence une romance chaperonnée par la dame, qui pousse Miloni à sortir de sa zone de confort et lui suggère de mieux sonder les gens simples ou de castes plus modestes autour d’elle, dont la servante de sa maison… 

Dans un Mumbai rayonnant, avec ses taxis, ses bus, ses cafés où l’on boit le chaï, ses bancs publics, ses cinémas et son système social impitoyable, l’amour éclot exactement comme dans une fable grandiose de Bollywood. Et l’on est tout sucre à suivre les pudeurs, les confessions et le développement respectueux de la flamme de Milona et Rafi. Mais chez Ritesh Batra, la romance dévoile aussi sans fard les strates sociales si rigides d’une ville et d’une société à la fois en mouvement et que le film révèle aussi immergées dans la nostalgie… Un voyage par le cinéma qui sait rendre l’Inde intime et proche. 

Le Photographe, de Ritesh Batra, avec Nawazuddin Siddiqui, Sanya Malhotra, Abdul Quadir Amin, Denzil Smith, Inde, 2019, 108min, Sortie au Pacte le 22/01/2020. 

visuel : affiche du film (c) Le pacte

Dieu du ciel de Lisa Neverre : le tout-puissant fait un burn-out !
Nach et Leïla Ka, deux tentatives de contemporanéité à la MPAA
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *