A l'affiche

Le Mentor, l’art d’aimer en toute liberté selon Jean-Pierre Mocky

Le Mentor, l’art d’aimer en toute liberté selon Jean-Pierre Mocky

19 juin 2013 | PAR Olivia Leboyer

Avec Le Mentor, Jean-Pierre Mocky nous offre un très joli conte sentimental, avec de belles échappées burlesques. Depuis le 10 avril, le film est à l’affiche du Desperado. Ne le manquez pas !

le mentorLudovic (Jean-Pierre Mocky) vient de se faire saisir tous ses biens. Il lui reste une petite mallette, qui contient quelques trucs d’un copain pilote, trois fois rien. Des amis, en a-t-il encore ? « Bien sûr », lui assure avec un grand sourire son ami banquier, assis derrière son bureau imposant, « tu peux me demander tout ce que tu veux, tu le sais bien, sauf de l’argent, évidemment… ». Sans complexe, l’ami riche lui souhaite bon vent en lui promettant de penser à lui souvent, sur son yacht ou entre deux petits fours. Il l’envierait presque, d’avoir à lutter pour sa survie à son âge !

Libéré de son argent, de son travail, de ses impôts, de ses soucis, Ludovic devient léger, facétieux. Il s’essaie avec maestria à l’art de la débrouille : chiper quelques babioles, dérober des croissants, déjeuner tranquillement dans les rayons d’un supermarché, tout cela semble soudain facile, presque naturel. Ludovic slalome avec élégance à la marge de cette société indifférente à presque tout.

Lui, indifférent, il ne l’est pas. Lorsqu’il rencontre une belle jeune fille, fiancée à un imbécile plein d’arrogance, Ludovic se soucie de son sort. Il faut l’empêcher d’épouser ce garçon ! Usant de mille ruses, mille stratagèmes (son acolyte, joué par Freddy Bournane, est excellent), Ludovic réussit peu à peu à faire rire la belle Annette (Solène Hebert, magnifique et lumineuse), à la surprendre. Séduit, troublé, il décide d’entrer dans un rôle de père, de mentor, et de faire le bonheur de la jeune fille. Dans l’immédiat, il s’agit de lui trouver un bon emploi et un futur mari, mieux que le précédent fiancé. Mais, des hommes vraiment intéressants, en trouve-t-on aussi facilement ?

Le Mentor est une très charmante fantaisie romantique, sprituelle et euphorisante. Réflexion spirituelle sur la société contemporaine, le film ne donne aucune leçon, mais privilégie les chemins de traverse, l’originalité et le rire.

Le Mentor est à l’affiche du Desperado, et nous vous le recommandons vivement !

Le Mentor, de Jean-Pierre Mocky, France, 1h23, avec Solène Hebert, Jean-Pierre Mocky, Clovis Fouin, Simon Coutret, Freddy Bournane, Marina Monmirel, Pamela Ravassard, Jean Abeillé. A l’affiche du Desperado depuis le 10 avril 2013.

http://www.youtube.com/watch?v=VGCVfjic7yM

[Interview] La Draft : 24H de fête à moindre prix…
Vive la Malbouffe, à bas le bio !, un livre hilarant + de santé publique
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *