A l'affiche

L’agenda cinéma classique de l’été

L’agenda cinéma classique de l’été

21 juillet 2014 | PAR Alexander Mora-Mir

Vous avec quelques heures de libre, les films modernes à budgets colossaux vous ennuient ? Il est temps de se remettre aux classiques ! Voici la liste non exhaustive d’un retour aux sources du cinéma, faites votre choix.

Anglo-saxons

L’homme qui tua Liberty Valance de John Ford, est le western par excellence, sorti en 1962. Avec John Wayne, James Stewart.
Un homme politique reconnu, Ransom Stoddad, assiste à l’enterrement de son ami Tom Doniphon avec sa femme. C’est pour lui l’occasion de revenir avec un journaliste sur les moments importants de sa vie, notamment son arrivée dans l’Ouest, l’arrestation de sa diligeance par le célèbre bandit Liberty Valance, sa volonté de se venger de celui-ci. Jadis, Donophon était devenu son allié… Version restaurée le 6 août 2014.

Autopsie d’un meurtre de Otto Preminger, sorti en 1959. Avec James Stewart
L’avocat Paul Biegler reçoit un coup de téléphone de Laura Manion lui demandant d’assurer la défense de son mari. Le lieutenant Frederik Manion a tué un propriétaire de bar qui avait violé sa femme. Biegler accepte de le défendre. Le procès commence et la vérité a du mal à émerger, d’ailleurs les avocats et les juges, s’affrontant dans des batailles juridiques, en sont en réalité peu soucieux. Version restaurée le 6 août 2014.

The Servant de Joseph Losey, sorti en 1964. Avec Dirk Bogarde, Sarah Miles, James Fox.
A Londres, Tony, un aristocrate jeune et brillant, vivant dans une luxueuse demeure du XVIIIè siècle, engage Hugo Barrett comme domestique. Ce dernier se révèle être un valet modèle, travailleur et intelligent. Mais Susan, la fiancée de Tony, n’apprécie pas le comportement de Barrett, lui trouvant quelque chose de malsain… Version restaurée le 20 août 2014.

Comrades de Bill Douglas, sorti en 1987.
Grande-Bretagne, Dorset, 1834. George Loveless et ses amis, laboureurs à Tolpuddle, sont de plus en plus exploités par les propriétaires terriens, avec la complicité du clergé. Ils s’organisent pour revendiquer des hausses de salaires, et créent en secret la Société Amicale des Laboureurs. Dénoncés par un propriétaire, six d’entre eux sont condamnés à la déportation en Australie. Devenus très populaires et hérauts d’une classe de plus en plus pauvre, ils deviennent les « martyrs de Tolpuddle ». Version restaurée le 23 juillet 2014.

Seconds, l’opération diabolique, de John Frankenheimer, sorti en 1967.
Un homme d’âge mur, déçu par son existence monotone, reçoit un jour un coup de téléphone d’un ami qu’il croyait mort. Celui-ci lui propose de refaire sa vie en simulant sa mort. Il finit par signer un contrat qui lui permet de changer de visage et de repartir de zéro mais tout a un prix et cette nouvelle existence n’ira pas sans poser quelques problèmes. Version restaurée le 16 juillet 2014.

Sabrina, de Billy Wilder, sorti en 1955. Avec Audrey Hepburn et Humphrey Bogart.
Dans une fastueuse résidence de Long Island, la délicieuse fille du chauffeur, Sabrina, est amoureuse de David, le fils de famille insouciant, qui ne la remarque même pas. La jeune femme part étudier à Paris. Deux ans plus tard, elle revient, transformée, et ne tarde pas à séduire David. Mais les parents de ce dernier ne l’entendent pas de cette oreille… Version restaurée le 2 juillet 2014.

L’impossible Monsieur Bébé, de Howard Hawks, sorti en 1946. Avec Cary Grant, Katharine Hepburn.
David Huxley, un paléontologue, est fiancé à sa secrétaire Alice. Susan, rencontrée lors d’une partie de golf, est également sensible au charme félin de David. Hélas, M. Bébé ne quitte pas la jeune femme d’une semelle. Enfin, d’une patte, car M. Bébé est un léopard… Version restaurée le 9 juillet 2014.

Alfred Hitchcock

La mort aux trousses, sorti en 1959, avec Cary Grant.
Le publiciste Roger Tornhill se retrouve par erreur dans la peau d’un espion. Pris entre une mystérieuse organisation qui cherche à le supprimer et la police qui le poursuit, Tornhill est dans une situation bien inconfortable. Il fuit à travers les Etats-Unis et part à la recherche d’une vérité qui se révélera très surprenante. Version restaurée le 30 juillet 2014.

Le rideau déchiré, sorti en 1966, avec Paul Newman et Julie Andrews
Un chercheur en physique nucléaire, Armstrong, rompt sans explications avec sa fiancée et assistante, Sarah, avant de se rendre à un congrès à Copenhague. Intriguée, elle le suit et découvre qu’il part en réalité pour Berlin-Est. Décidée a comprendre, elle prend le même avion et se rend compte que le professeur semble avoir choisi de vivre a l’Est… Version restaurée le 30 juillet 2014.

Français

Jeux interdits de René Clément, sorti en 1952.
Les parents de la petite Paulette sont tués lors des bombardements de juin 1940, dans le centre de la France. La fillette de cinq ans est recueillie par les Dollé, une famille de paysans. Elle devient l’amie de leur jeune fils de onze ans, Michel. Après avoir enterré le chien de Paulette dans un vieux moulin abandonné, les deux enfants constituent peu à peu un véritable cimetière pour insectes et petits animaux. Les problèmes commencent lorsque Michel se met à voler des croix pour en orner les tombes du cimetière miniature. Version restaurée le 23 juillet 2014.

Peau d’âne de Jacques Demy, sorti en 1970. Avec Catherine Deneuve.
La reine moribonde a fait promettre au roi de n’épouser qu’une femme plus belle qu’elle. Dans tout le royaume, une seule personne peut se prévaloir d’une telle beauté, sa propre fille. Revêtue d’une peau d’âne, la princesse désespérée s’enfuit du château familial. Version restaurée le 2 juillet 2014.

Paris, Texas de Wim Wenders, sorti en 1984.
Un homme réapparaît subitement après quatre années d’errance, période sur laquelle il ne donne aucune explication à son frère venu le retrouver. Ils partent pour Los Angeles récupéré le fils de l’ancien disparu, avec lequel celui-ci il part au Texas à la recherche de Jane, la mère de l’enfant. Une quête vers l’inconnu, une découverte mutuelle réunit ces deux êtres au passé tourmenté. Version restaurée le 16 juillet 2014.

Jacques Tati

Mon Oncle, avec Jacques Tati, sorti en 1958. Oscarisé du meilleur film étranger à Hollywood.
Le petit Gérard aime passer du temps avec son oncle, M. Hulot, un personnage rêveur et bohème qui habite un quartier populaire et joyeux de la banlieue parisienne. Ses parents,
M. et Mme Arpel, résident quant à eux dans une villa moderne et luxueuse, où ils mènent une existence monotone et aseptisée. Un jour que Gérard rentre d’une énième virée avec son oncle, M. Arpel prend la décision d’éloigner son fils de M. Hulot. Il tente alors de lui trouver un travail dans son usine de plastique, tandis que sa femme lui organise un rendez-vous galant avec l’une de leurs voisines… Version restaurée le 6 août 2014.

Les vacances de Monsieur Hulot, avec Jacques Tati, sorti en 1953.
Les vacances, tout le monde le sait, ne sont pas faites pour s’amuser. Tout le monde le sait, sauf Monsieur Hulot qui, pipe en l’air et silhouette en éventail, prend la vie comme elle vient, bouleversant scandaleusement au volant de sa vieille voiture Salmson pétaradante la quiétude estivale des vacanciers qui s’installent avec leurs habitudes de citadins dans cette petite station balnéaire de la côte atlantique. Il promène dans l’ennui balnéaire, le plaisir émerveillé des châteaux de sable. Et, d’un seul coup, l’ennui éclate de rire, tandis que les châteaux de sable s’ouvrent sur la belle au bois dormant et qu’aux cris des enfants, la petite plage pétarade et reluit comme un quatorze juillet… Mais voilà septembre. Monsieur Hulot, inconscient du scandale, rentre… Où rentre-t-il au fait ? Dans les nuages sans doute, dont il n’était, d’ailleurs, jamais sorti. Mais les enfants, après qu’il ait disparu, ont regardé le ciel longtemps. Version restaurée le 6 août 2014.

Jour de fête, sorti en 1949.
Des forains s’installent dans un calme village. Parmi les attractions se trouve un cinéma ambulant où le facteur découvre un film documentaire sur ses collègues américains. Il décide alors de se lancer dans une tournée à « l’américaine ». Version restaurée le 6 août 2014.

Italiens

Sacco et Vanzetti de Giuliano Montaldo, sorti en 1971.
New York, 1920. Deux Italiens, Nicolas Sacco, cordonnier, et Bartolomeo Vanzetti, marchand de poissons anarchiste, sont arrêtés et accusés du meurtre de deux hommes commis au cours d’un hold-up. Fred Moore, leur avocat, démontre leur innocence mais le procureur et le juge développent une argumentation imprégnée de xénophobie et de paranoïa antibolchevique. Le jury condamne à mort les deux Italiens. Version restaurée le 6 août 2014.

Dommage que tu sois une canaille de Alessandro Blasetti.
Un jeune chauffeur de taxi tombe amoureux d’une belle fille du peuple qui ne pense qu’à le voler. Version restaurée le 9 juillet 2014. Extrait :

La dolce vita, de Federico Fellini, sorti en 1960.
Marcello Rubini, a quitté sa province italienne pour Rome dans le but de devenir écrivain. Mais celui-ci est devenu chroniqueur dans un journal à sensations. Il fait donc la tournée des lieux dans lesquels il est susceptible de décrocher quelques scoops afin d’alimenter sa chronique. Un soir, las de la jalousie maladive de sa maîtresse Emma il sort avec Maddalena.
Le lendemain Sylvia, une grande star hollywoodienne fait son arrivée à Rome…Version restaurée 16 juillet 2014.

© visuels : DR + capture d’écran Youtube

Gianfronco Lotti a ouvert sa première boutique à Paris
Johnny Winter, l’ascension dans une Amérique cruelle
Alexander Mora-Mir

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *