A l'affiche
La sélection cinéma du 6 novembre

La sélection cinéma du 6 novembre

05 novembre 2013 | PAR Hugo Saadi

Le retour des Frères Coen, Thierry Lhermitte dans le nouveau film de Bertrand Tavernier, la ressortie du premier film en couleurs de Robert Bresson ou encore Emmanuelle Devos interprétant Violette Leduc ? Vous ne savez pas quoi aller voir au cinéma ? On vous a concocté notre sélection de la semaine à travers nos différents avis !

Trois ans après le bon western « True Grit  », les frères Coen reviennent avec « Inside Llewyn Davis ». Cette fois-ci ils ont décidé de se pencher sur une semaine de la vie d’un chanteur de folk new-yorkais, Llewyn Davis interprété par le formidable Oscar Isaac. A la fois drôle, tendre et triste, le film est peut être l’un des moins fous des frères Coen. On en sort touché et très mélancolique. [« Inside Llewyn Davis », de Joël et Ethan Coen, avec Carey Mulligan, Justin Timberlake, John Goodman, drame musical américain, 1h45]. [rating=4]

L’autre bon film de la semaine nous vient d’Argentine. « Le médecin de famille  » de Lucia Puenzo nous raconte le quotidien du criminel nazi Josef Mengele reconverti en médecin à Bariloche en Patagonie. Alex Brendemühl (que nous avons interviewé) incarne à merveille cet homme monstrueux en lui donnant un aspect tout à fait normal. « Le médecin de famille  » est un beau film, tendu et trouble où les paysages à la fois sublimes et oppressants jouent un rôle important. [« Le médecin de famille  » de Lucia Puenzo, Argentine-Espagne-France, avec Alex Brendemühl, Natalia Oreiro, Diego Peretti, 1h33] [rating=4]

Un petit film d’action à l’américaine ? Gavin Hood (« Mon nom est Totsi  », « X-Men Origins : Wolverine ») réalise « La Stratégie Ender  ». En quelques mots, le film traite d’un immense concours mis en place dans le but de trouver le sauveur d’une humanité apparemment mise en danger par une espèce extraterrestre belliqueuse. Un film peu spectaculaire, assez bavard et qui ne caresse pas le spectateur dans le sens du poil. [« La Stratégie Ender » un film de Gavin Hood avec Harrison Ford, Ben Kingsley … Film d’action et de science-fiction américain, 1h54.] [rating=4]

Du côté du cinéma français, « Violette » de Martin Provost. Avec dans le rôle principal Emanuelle Devos, le réalisateur français propose un biopic sur l’artiste française Violette Leduc. Après avoir mis en lumière Yolande Moreau dans « Séraphine », il dépeint un second portrait de femme artiste en butte au rejet de la société. Le film est une véritable plongée dans la psyché tourmentée de cette écrivain audacieuse et douée. Un tableau sombré et éclairé de l’intérieur par une lumière superbe. Fascinant. [« Violette » de Martin Provost avec Emanuelle Devos, Sandrine Devos, Olivier Gourmet …, biopic français, 2h19] [rating=4]

Quant à Bertrand Tavernier (« Dans la brume électrique », « La Princesse de Montpensier »), il livre l’adaptation d’une bande dessinée. Avec « Quai d’Orsay » il livre un film rythmé, aux dialogues percutants et doté d’acteurs en grande forme. En somme une excellente comédie en parfaite fidélité avec la BD. [« Quai d’Orsay », de Bertrand Tavernier avec Thierry Lhermitte, Raphaël Personnaz, Niels Arestrup …, comédie française, 1h53.] [rating=3]

« La Grâce » de Matthias Glasner est un drame intimiste sur fond de paysages grandioses avec l’excellente actrice Birgit Minichmayr. Le film norvégio-allemand traite de la quête d’une nouvelle vie de Maria et Niels partis s’installer avec leur fils dans une région côtière et glacée de Norvège. Leur couple continue de se disloquer mais lorsque Maria provoque accidentellement un drame, la famille décide de se taire et ils se retrouvent liés par le secret, la culpabilité et le désir de rédemption. Un assez beau film, glaçant et terriblement humain. [« La Grâce » un film de Matthias Glasner avec Birgit Minichmayr, Jürgen Vogel, Henry Stange, Ane Dahl, Norvège, Allemagne, drame, 2h12.] [rating=3]

Dans le reste des sorties cinéma, « En Solitaire  » avec François Cluzet raconte l’histoire de Yann Kermadec skippeur lors du Vendée Globe se retrouvant nez à nez avec un jeune passager clandestin sur son bateau. [un film de Christophe Offenstein, 1h36] Puis, Richard Curtis, le réalisateur de « Good Morning England » et « Love Actually » revient avec une comédie romantique : « Il était temps ». Tim Lake découvre à 21 ans qu’il a le pouvoir de voyager dans le temps … [avec Domhnall Gleeson et Rachel McAdams, 2h03].

Enfin du côté des ressorties cinéma on vous conseille d’aller (re)voir « Une femme douce » de Robert Bresson. Dominique Sanda est fascinante et nous rappelle ce que la douceur peut avoir d’étrange. [Version restaurée du film de 1969, avec Dominique Sanda, Guy Frangin, Jeanne Lobre, Claude Ollier, 1h30] [rating=5]

 

visuels :

(c) Inside Llewyn Davis / StudioCanal

(c) Le médecin de famille / Wakolda

(c) La stratégie Ender / Metropolitan Filmexport

(c) Violette / Diaphana

(c) Quai d’Orsay / Pathé

[Critique] Violette, magnifiquement incarnée par Emmanuelle Devos
L’artiste JR s’approprie la BNF pour un collage géant et installe son camion photographique à Paris du 6 au 12 novembre
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *