A l'affiche
La sélection cinéma du 14 mai

La sélection cinéma du 14 mai

14 mai 2014 | PAR Alexander Mora-Mir

Une semaine cinéma variée, qui pourra satisfaire de nombreux adeptes, plus de culture que de blockbusters, pour notre plus grand bien, parfait pour pouvoir frimer devant ses potes.

Il faut bien commencer cette semaine cinéma avec le blockbuster dont on parle depuis quelques mois, Godzilla, de Gareth Edwards. 60 après avoir été porté à l’écran par Ishiro Honda, Godzilla est de retour, avec des effets spéciaux à couper le souffle, à savourer pleinement avec vos lunettes 3D. Une créature immense, pour un film immensément cher, 215 000 000$. Heureusement, c’est Warner Bros qui finance. Porté par un casting au top, Aaron Taylor-Johnson, Bryan Cranston (vedette de Breaking Bad), Ken Watanabe (Le Dernier Samouraï) et Juliette Binoche, ce remake promet d’être haletant et visuellement bluffant.

Toujours chez les américains, Charlie Countryman, réalisé par Fredrik Bond qui signe là son premier film, a choisi Shia LaBeouf pour endosser le rôle d’un jeune homme, bouleversé par la mort de sa mère, qui quitte les Etats-Unis et atterrit dans l’une des villes les plus survoltées d’Europe : Bucarest. En plein deuil, seul parmi des inconnus, entre virées en boîte et trip hallucinogènes, il rencontre la très énigmatique Gabi… et en tombe violemment amoureux. Harcelée par son ex, un dangereux caïd local, Nigel (interprété par Mads Mikkelsen), Gabi (Evan Rachel Wood) tente toutefois de repousser Charlie pour mieux le protéger… Mais rien ne fait entendre raison au jeune homme – pas même la peur de mourir.
Un amour sans limite, accompagné d’une bande originale électrique. Enfin on retrouve Shia LaBeouf au meilleur de sa forme.

Olivier Dahan, réalise Grace de Monaco, un biopic sur la vie de Grace Kelly. C’est Nicole Kidman qui interprète cette figure emblématique de cinéma. Voici le synopsis :Lorsqu’elle épouse le Prince Rainier (Tim Roth) en 1956, Grace Kelly est alors une immense star de cinéma, promise à une carrière extraordinaire. Six ans plus tard, alors que son couple rencontre de sérieuses difficultés, Alfred Hitchcock lui propose de revenir à Hollywood, pour incarner Marnie dans son prochain film. Mais c’est aussi le moment ou la France menace d’annexer Monaco, ce petit pays dont elle est maintenant la Princesse. Grace est déchirée. Il lui faudra choisir entre la flamme artistique qui la consume encore ou devenir définitivement : Son Altesse Sérénissime, la Princesse Grace de Monaco.

En 1854, trois femmes ayant perdu la raison sont confiées à Mary Bee Cuddy (Hilary Swank), une pionnière forte et indépendante originaire du Nebraska. Sur sa route vers l’Iowa, où ces femmes pourront trouver refuge, elle croise le chemin de George Briggs, un rustre vagabond qu’elle sauve d’une mort imminente.  Ils décident de s’associer afin de faire face, ensemble, à la rudesse et aux dangers qui sévissent dans les vastes étendues de la Frontière.
Le Réalisateur de Trois Enterrements, Tommy Lee Jones commence à prendre goût à l’écriture et signe The Homesman. Un drame historique, aussi épique que touchant, une aventure à vivre.

Et voici la comédie française que l’on attendait ou pas.18 février 2010. Le monde entier découvre à la une de tous les journaux les photos d’agents du Mossad israéliens pris en flagrant délit d’assassinat de Mahmoud al-Mabhouh, un responsable du Hamas palestinien, un mois plus tôt à Dubaï. Contre toute attente, ce sont les dirigeants du Mossad qui sont les plus surpris par cette révélation, sachant avec certitude que les responsables de l’opération ne font pas partie de leurs rangs. Une enquête s’engage alors afin de découvrir les intentions de ces mystérieux assassins. L’objectif final des « 4 » de Dubaï se révélera encore plus surprenant et original…
Kidon est une comédie, dite « espionnage », réalisée par Emmanuel Naccache, qui a décidé de s’entourer de Tomer Sysley (vu notamment dans la série des Largo Winch), et de Kev Adams (héros de la série pour « ados » Soda). D’un humour décapant, il vous fera des abdos en béton.

Un peu dans le même esprit, version comédie/action, Mise à l’épreuve de Tim Story. Découvrez le synopsis. Ben, agent de sécurité dans un lycée, tente en vain de prouver qu’il est plus qu’un geek baratineur à James, grand frère protecteur de sa petite amie et flic aux méthodes musclées. Quand Ben est enfin accepté à l’Académie de l’APD (Atlanta Police Department), il demande la bénédiction de James pour épouser Angela, pensant avoir enfin gagné son respect. Sceptique, James le met à l’épreuve pour lui apprendre le métier et voir s’il est digne ou non d’épouser sa soeur. Durant 24 heures il devra patrouiller avec lui dans les rues d’Atlanta. Mais ce qui devait être une patrouille ordinaire se transforme en véritable poursuite contre le crime. James constatera alors que la répartie de Ben est aussi dangereuse et rapide que ses propres balles.
Les gags ne semblent pas tordants, à voir avec modération toutefois. Type de film parfait pour s’évader dans une comédie musclée sans vraiment se torturer de réflexion.

Dean Wright réalise Cristeros, un drame historique, qui relate la guerre des « Cristeros » contre le gouvernement. En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois du président Callès, qui interdisent toutes pratiques religieuses dans l’ensemble du pays. Des hommes et des femmes de tous horizons, les Cristeros, vont alors risquer leur vie pour défendre leur liberté et lutter contre les persécutions menées par le gouvernement. Une des pages les plus sombres de l’Histoire du Mexique. Andy Garcia, Eva Longoria, Oscar Isaac, portent ce film, tiré d’une histoire sombre du Mexique, un drame à connaître, d’autant qu’il touche la liberté de l’homme, une valeur des plus primordiales.

Mathieu Amalric réalise La Chambre Bleue, un thriller, psychologique, dans lequel il interprète le rôle principal.
Dis- moi Julien, si je devenais libre,  tu te rendrais libre aussi ?
– Tu dis ?…
Un homme et une femme s’aiment en secret dans une chambre, se désirent, se veulent, se mordent même. Puis s’échangent quelques mots anodins après l’amour.
Du moins l’homme semble le croire.
Car aujourd’hui arrêté, face aux questions des gendarmes et du juge d’instruction, Julien cherche les mots.
« La vie est différente quand on la vit et quand on l’épluche après-coup. »
Que s’est-il passé, de quel crime est-il accusé ?…
Il est tiré du roman de Georges Simenon, une mise à nu aussi bien physique qu’émotionnelle, dont la beauté des plans saisissent le spectateur. Un film charnel, et intriguant, avec un Mathieu Amalric toujours aussi méticuleux sur les détails.

Gaudi, le mystère de la Sagrada Familia, un documentaire à voir, réalisé par Stefan Haupt.

La Sagrada Familia de Barcelone: un projet de construction unique et fascinant, poursuivi par Antoni Gaudi, un architecte génial assisté d’un nombre infini de personnes, mais aussi une histoire ponctuée de sombres abîmes et d’envolées sublimes. La biographie de cet édifice, toujours en construction depuis 1882 et aujourd’hui à moitié terminé, est le point de départ d’un film sur les mystères de «l’acte créateur», sur la question de la puissance créatrice humaine et sur celle de leur usage.

Yves Montmayeur, réalise un documentaire sur la vie de Michael Haneke le réalisateur du Ruban Blanc et de Amour notamment. Haneke réalise des films sombres mais dévoile une tout autre personnalité.

Enfin pour clôturer cette riche semaine de cinéma, Ligne d’Eau, un drame polonais, réalisé par Tomasz Wasilewski, une petite perle qui tombe à point nommé, puissant et juste, quand on apprend que l’homophobie grandit de manière déconcertante depuis le mariage pour tous.
Kuba, jeune homme sportif, semble promis à un brillant avenir. Il s’entraine intensivement pour devenir champion de natation. Mais entre les compétitions, sa petite amie et sa mère possessive chez qui il vit toujours, il se sent prisonnier. Un soir il rencontre Michal, un garçon à la beauté troublante qui le fascine instantanément… Et tout bascule. Malgré le poids d’une société polonaise restée très conservatrice, il se met à rêver d’une autre vie, d’un autre possible, et va tout faire pour vivre cette nouvelle passion…

© visuels : Creative Comments affiches de films

[Cannes] Une Grace conforme à nos attentes ouvre le Festival de Cannes
Cannes 2014 : pour la clôture, traduisez « Happy birthday western » en italien
Alexander Mora-Mir

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *