A l'affiche

La Mostra de Venise de septembre 2015 : un bilan en demi-teinte

La Mostra de Venise de septembre 2015 : un bilan en demi-teinte

14 septembre 2015 | PAR Kalindi Ramphul

Le verdict est tombé ce samedi 2 septembre! Le célèbre festival vénitien a attribué son fameux « Lion d’or » au chef d’oeuvre du réalisateur vénézuélien Lorenzo Vigas, Desde Alla dont c’était le premier long métrage. SI la sélection de la Mostra a, cette année, laissé perplexe plus d’un spécialiste du cinéma, certains films ont tout de même fait l’unanimité. Toute La Culture revient pour vous sur une édition 2015 en demi-teinte.

La 72ème édition de la Mostra de Venise, festival international de cinéma, concurrencée principalement par le festival de Toronto, s’est tenue du 02 au 12 septembre 2015. Cette année, c’est l’actrice franco-italienne Elisa Sednaoui qui s’est vue attribuer le très prestigieux statut de maîtresse de cérémonie. Par ailleurs, c’est l’illustre réalisateur, Alfonso Cuaron, primé aux Oscars pour le chef-d’oeuvre Gravity, qui était président du Jury. Le 27 juillet, les noms des membres du jury sont enfin dévoilés : Diane Kruger, Nuri Bilge Ceylan, Hou Hsiao-hsien ou encore Pawel Pawlikowski. Une tête d’affiche qui donne envie!

Bien que l’événement soit un rendez-vous incontournable pour tous les cinéphiles et professionnels du cinéma, Il est de bon ton, depuis quelques années de critiquer le festival cinématographique le plus vieux du monde. Et l’édition 2015 n’a pas dérogé à la règle. Tous les médias y sont allés de leur commentaire pour accabler toujours un peu plus un palmarès qu’ils déplorent trop comme ci ou trop comme ça. La compétition s’est alors ouverte avec des films qui ont très moyennement convaincus, comme Looking for grace de Sue Brooks, drame australien qui n’a pas su faire se lever les foules ou encore Beasts of nation de Cary Joil Fukunaga qui n’a pas non plus remporté tous les suffrages. Certains films ont cependant fait l’unanimité comme le très acclamé El Clan, de Pablo Trapero qui a, d’ailleurs, reçu le très prestigieux Lion d’Argent.  

Mais l’objet de toutes les convoitises a cette année été décerné à Desde Alla, film vénézuélien réalisé par Lorenzo Vigas dont c’est le premier long métrage. Désir et rapports entre classes sociales, le film tourné à Caracas est une ode à la différence. Il relate l’histoire d’une amitié entre un jeune garçon des rues et un dentiste. Humaine et sensible, cette nouvelle proposition d’altérité a conquis les membres du jury.

Par ailleurs, la France a samedi, déclamé un grand « Grazie Mille » au festival vénicien. L’acteur Fabrice Luchini a, en effet, reçu le prix de la meilleure interprétation masculine. Lui qui n’avait jamais été récompensé lors de grands événements tels que celui ci (à part un césar du meilleur second rôle en 1994) a pu enfin se réjouir d’une récompense bien méritée. L’acteur préféré des français est, dans l’Hermine, un président de tribunal des plus infectes qui tout doucement va se muer en homme clément et généreux. Un rôle fort pour un Luchini au sommet de sa carrière qui a même été félicité par le président de la République : «  »Ces distinctions prestigieuses honorent tout le cinéma français et viennent souligner une nouvelle fois la richesse de ses talents, reconnue dans le monde entier. » Le prix de la meilleure interprétation féminine, quant à lui, a été attribué à Valeria Golino, sublime actrice italienne, déjà primée il y a 29 ans pour Storia d’Amore. Son rôle de mère courage dans Per amor vostro de Giuseppe M. Gaudino lui a donc valu son deuxième grand prix et l’admiration de tous les italiens, déjà fous d’elle.

Tout le palmarès ici :

Lion d’Or du meilleur film: Desde allà de Lorenzo Vigas

Lion d’Argent du meilleur réalisateur: Pablo Trapero pour El Clan

Grand Prix du Jury: Anomalisa de Charlie Kaufman et Duke Johnson

Prix du meilleur scénario: L’Hermine de Christian Vincent

Prix spécial du Jury: Abluka (Frenzy) de Emin Alper

Coupe Volpi de la meilleure interprète féminine: Valeria Golino dans Per amor vostro de Giuseppe M. Gaudino

Coupe Volpi du meilleur interprète masculin: Fabrice Luchini dans L’Hermine de Christian Vincent

Prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir: Abraham Attah pour Beasts of No Nation de Cary Fukunaga

Prix Luigi de Laurentis (Lion du futur) de la meilleure première oeuvre :L’Enfance d’un chef de Brady Corbet

Prix du meilleur film de la section Orizzonti: Free in Deed de Jake Mahaffy

Prix spécial de la section Orizzonti: Boi neon de Gabriel Mascaro

Prix du meilleur réalisateur de la section Orizzonti: Brady Corbet pour L’Enfance d’un chef

« Ce pays qui te ressemble », Tobie Nathan dans la poésie de l’Egypte
L’ordre (chaotique) des Lucioles à la Fondation d’entreprise Ricard
Kalindi Ramphul

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *