A l'affiche
« Jeune Juliette », un film d’Anne Emond

« Jeune Juliette », un film d’Anne Emond

10 décembre 2019 | PAR Julia Wahl

Dans ce long-métrage en 35 millimètres, la réalisatrice québécoise Anne Emond propose sa version du teen-movie.

Juliette souffre de surpoids et, défaut terrible à l’adolescence, d’un intellectualisme aigu : elle lit, ce qui suffit à en faire un OVNI. Rejetée par ses camarades de classe, elle répond à leurs moqueries par son mépris, un rien sarcastique, et, il faut bien l’avouer, la force que lui donne son embonpoint, écrasant de sa masse ceux qui l’embêtent d’un peu trop près. Aussi ce film parvient-il à éviter, dans son évocation de cet âge difficile, tout pathos. 

C’était le choix de la réalisatrice que d’éviter des références trop explicites à l’époque actuelle : si Juliette communique avec sa mère par Skype et ses camarades la prennent en photo avec leurs téléphones portables, les vêtements, le grain de la pellicule, les fermetures à l’iris donnent au film la saveur un peu nostalgique des films et téléfilms des années 1980. Un effet de citation, également, comme pour nous inviter à ne pas trop prendre le film au sérieux.

Car c’est un sujet lourd, et fortement médiatisé depuis quelques années, qui est évoqué là : le « harcèlement scolaire », mais aussi la légèreté avec laquelle parents et enseignants traitent ce phénomène. Nul jugement pour autant vis-à-vis des adultes : Juliette, malgré quelques moments de doute, sait se défendre toute seule. Le sourire et l’interprétation de son interprète, Alexane Jamieson, nous invitent de toutes façons à croire en l’aptitude de la jeune fille à se battre et rebondir.

En dépit de ce jeu avec les poncifs du genre, le film peine toutefois à nous emporter : nous suivons sans déplaisir les difficultés de Juliette à trouver sa place au lycée, sans pour autant nous attacher véritablement à la jeune fille ou à son entourage.

Visuel : © Ligne 7

Vagina Museum, le tout premier Musée du Vagin au monde a ouvert ses portes à Londres !
Mélancolie et méditation au Théâtre des Champs Elysées : Le Quatuor Belcea interprète les Quatuors n°6 et n°15 de Beethoven
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *