A l'affiche

« Sans jamais le dire » de Tereza Nvotova : un film poignant sur une jeune fille qui se bat pour se reconstruire

« Sans jamais le dire » de Tereza Nvotova : un film poignant sur une jeune fille qui se bat pour se reconstruire

17 octobre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Long métrage de la jeune et talentueuse slovaque, Tereza Nvotova, Sans jamais le dire est un film fort, poignant et magnifique sur l’irréparable et la manière dont une jeune fille se débat pour vivre après un viol. Un choc puissant qui fait réfléchir, ce mercredi en salles au cinéma.

[rating=5]

A 17 ans, Léna est bonne élève, aime rire avec sa meilleure amie et se pose – comme toutes les jeunes filles – des questions sur la sexualité. Entourée par sa famille, elle est parfois livrée à elle-même parce que ses parents sont très accaparés par son frère, qui souffre de handicap. Lorsque son prof de maths abuse d’elle en cours particulier, tout le monde est à la maison mais personne ne voit ni n’entend rien. Jusqu’au jour où Lena, sans vie, sans envie, tente de mettre fin à ses jours. Commence alors un long calvaire à l’hôpital psychiatrique, émaillé de retours à la maisons de rencontres d’autres adolescents fragiles et de lutte contre la chape du silence.

Remportant tous les prix au Festival A l’est du nouveau, remportant deux prix au 25ème Art Film Fest de Košice, Sans jamais le dire montre avec clarté, finesse et aussi beauté (les images sont belles) une adolescente que la brutalité « fracasse ». Le silence devient visuel dans ce film très fort, au point de nous hanter, de nous interpeller et de nous parler. Le parcours en hôpital psychiatrique – avec les électrochocs qui sont la première image du film et surtout toujours cette mise en cause terrible de la parole des victimes) fait penser que pas grand chose n’a changé dans notre monde depuis la Cloche de détresse de Sylvia Plath sur la manière dont l’institution, y compris la médecine, approche la violence faite aux femmes. Le film est d’autant plus remarquable, que dans le silence et le retrait de la vie, il sait montrer la résilience et le désir de vivre qui se débat. Un petit chef d’oeuvre qui révèle aussi une grande actrice avec Dominika Moravkova.

« Sans jamais le dire » de Tereza Nvotova, avec Dominika Moravkova, Anna Rakovska, Róbert Jakab, Anna Sisková, Patrik Holubar, Slovaquie, 2017, 1h30. Sortie française le 17 octobre 2018.
visuel photo officielle du film

Une ouverture de carnaval pour l’hôtel Brach de Philippe Starck, Paris 16
« La marcheuse », bouleversant roman de Samar Yazbek
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *