A l'affiche
Festival du film israélien, jour 1 : « Le jardin des arbres morts », de Yariv Mozer

Festival du film israélien, jour 1 : « Le jardin des arbres morts », de Yariv Mozer

03 avril 2014 | PAR Yaël Hirsch

Après Invisible men (2012) qui se penchait sur les palestiniens gays cachés en Israël, Yariv Mozer propose un film d’ambiance où l’homosexualité se tapit dans l’ombre comme une menace, dans un décor rétro venu des années 1980. Présenté en avant-première au 14ème festival du film israélien, Le jardin des arbres morts, est visuellement très beau mais thématiquement bourré de clichés. Il repasse lundi 7 avril au Cinéma des cinéastes.

[rating=2]

Alors qu’hommes et femmes se retournent sur sa beauté frappante, Boaz vit heureusement en couple avec Noa, parfaite jeune fiancée. Dans l’attente d’une lettre de l’université hébraïque de Jérusalem qui lui annoncerait qu’il a décroché une bourse d’études, il passe tous les matins à la boîte aux lettres. Il se met à recevoir des missives enflammées… d’un homme inconnu. Ces déclarations de désir homosexuel le ramènent à ses années d’armée et le font douter de son identité…

Visuellement, Le jardin des arbres morts est une vraie réussite photographique et l’on voit bien que chaque plan est mesuré avec science. Malgré le plaisir que l’on prend à voir évoluer le jeune couple bien cadré et malgré une certaine ambiance qui parvient à s’installer, les clichés sur la honte de l’identité sexuelle sont trop nombreux, les dialogues trop maladroits et le côté « en costume » trop appuyé (les plans sur les machines à écrire, lecteurs de cassettes audio et rétroprojecteurs comptent pour un bon dixième du film) pour que le film puisse vraiment toucher juste. Les mauvaises langues diront « encore un film israélien sur le tabou de l’homosexualité ». Ils n’auront pas tort et devront admettre qu’il y en a eu de bien meilleurs…

Le jardin des arbres morts, (titre anglais : Snails under the rain) d’après le roman de Yossi Avni Levy, réalisation : Yariv Mozer, avec Yoav Reuveni, Moran Rosenblatt, Yariv Mozer, Yehuda Nahari, Yaron Biton, Hava Ortman, Ori Yaniv, Eyal Cohen, Israël, 2013, 82 min.

visuel : photo officielle du film

Lionel Jospin livre ses réflexions sur l’héritage de Napoléon
« Le faiseur de théâtre », Thomas Bernhard entre amertume et boulevard à l’Athénée
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture