A l'affiche

Death For Sale de Faouzi Bensaïdi : le quotidien de trois jeunes-hommes de Tétouan

Death For Sale de Faouzi Bensaïdi : le quotidien de trois jeunes-hommes de Tétouan

01 avril 2013 | PAR Yaël Hirsch

Lauréat de l’Art Cinema Award au Festival de Berlin 2012, présenté également à Bruxelles et Toronto, l’an dernier et comme fiction représentant le Maroc aux Oscars, « Death for sale » met en scène une bande de jeunes-hommes rêvant de révolutionner ou de diriger leur ville de Téouan . Un film plein d’énergie et de poésie, à voir au 8ème Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient.

death for sale filmMalil, Allal et Soufiane ont moins de 30 ans et survivent de petits vols à la tire à Tétouan. Le soir, ils vont faire la fête et boire au club de la ville, « La Passarella ». C’est surtout Malik qui insiste pour qu’ils y a passent leurs nuits car il est amoureux de la belle Dounia qui y est, chaque soir, très maquillés et peu vêtue. De son côté Allal voudrait arrêter les petits larcins pour devenir un vrai parrain de la ville, tandis que l’idéologue, Soufiane, a besoin de mieux exprimer sa colère contre la société. Avec trois objectifs divers et une femme pour les séparer, les trois hommes voient leur amitié soumise à rude épreuve.

Parvenant à conjuguer une image très poétique (on n’avait plus vue la femme aimée montrée avec autant de romantisme depuis l’âge d’or du film noir), visions saisissante de Tétouan et ses environs et scènes tout à fait réalistes de la vie débridée de trois voleurs en colère, Faouzi Bensaïdi parvient à donner à son film un rythme et une profondeur tout à fait saisissante ; on s’y plonge comme dans un puits et s’en réveille comme d’un mirage au gout acre. Superbe.

« Death For Sale », de Faouzi Bensaïdi, avec Fehd Benchemsi, Mouchine Malzi, Fouad Labiad et Imane Elmecharfi, Maroc/France/ Belgique, 2011 1h57.

Rêves Ardents : la question de l’immigration clandestine traitée par le biais de l’attente
La fille de Nulle part accroche Jean-Claude Brisseau aux sommets du 7ème art
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *